Catégories

Publié par BALCHOY

Dans le monde du 15 mai un article intéressant sur les salaires pharaoniques, pour prendre un mot à la mode , de certains grands patrons.

Le premier ministre du Luxembourg, Monsieur Jean-Claude Junker, que je verrai bien à la place du Barroso dont nous avons hérité par défaut hélas,  a déclaré au nom des Ministres de Finances de la zone Euro :

     "L'Eurogroupe juge scandaleux le dérapage des salaires des grands patrons. Il faut mettre un terme à ces dérapages excessifs et proprement scandaleux !
Pour le président de l'Eurogroupe, ce phénomène extravaguant constitue un véritable fléau social.
Une action internationale s'impose.

Comme des Patrons qui se "sucrent" aussi scandaleusement peuvent-ils oser demander de la modération salariale  afin de lutter contre l'inflation au vue des revenus que s'octroient sans limites ces patrons indélicats.
J'estime que si vraiment M. Hansen d'Electrabel a gagne plus de 11,6 millions d'euros en 2007, on devrait le mettre en compétition pour le titre du plus grand voleur de Belgique. Un tel salaire dans un pays où subsistent tant de misères est     I G N O B L E et éthiquement inacceptable. 
J'ai envie de de même a propos de M. Thys, je crois, Patron ou plutôt  de la Poste comme Service Public qui l'a vraiment démantelé non pour le bien des usagers mais des actionnaires. Ce monsieur, dont  je méprise cordialement la gouvernance, pour son mépris  pratique par exemple des personnes âgées en supprimant quasiment toutes les petits bureaux de poste de quartier, mériterait d'être foutu à la port avec un gros coup de pied au derrière pour l'auto-destruction d'un service public dont il est co-responsable avec certains hommes politiques qui lui ont confié cette triste mission.

Pour ma part, il est évident qu'au-delà d'un certain niveau de salaire comparé au salaire minimum du pays l'imposition devrait croître jusqu'à 100 % pour le tranche supérieure. Si des patrons, pour la gloire obtenaient alors des salaires aussi importants, ce sera tout bénéfice pour leur esprit de gloriole et... pour les caisses de l'état.


Certains salaires constituent pour les entreprises une dépense insupportable et je trouve que la justice devrait s'occuper activement de faire cracher de retour ces gens indélicats et malhonnêtes qui refusent 0,5 centimes d'euro à l'heure à leurs salariés et s'octroient parfois des millions d'euros annuels en plus.


Oui, vous le savez, devant l'inhumain du capitalisme en matière social, et devant le verrouillage de nos institutions politiques qui interdisent pratiquement toute alternative sociale sérieuse, (Un exemple en est le Sénat français conçu pour rester toujours à droite. Cette institution se  caractérise par son illégitimité populaire, son égoïsme crasseux: elle dispose d'une réserve fabuleuse qu'elle a toujours refusé de partager contrairement à l'Assemblée nationale. Les sénateurs de droite ou de gauche sont à mes yeux des profiteurs inqualifiables  sauf bien sûr s'ils réclament sérieusement la mutation de cette institution).
En cas de "Révolution" qui n'est pas nécessairement  une option sanglante (voir la révolution des oeillets à Lisbonne), et n'est sûrement pas plus violence que parfois nos "forces de l'ordre (ou du désordre ?) quand elles s'efforcent de casser des manifestations justes ouvrières ou de "sans papier", je serais partisan de juger devant des tribunaux populaires ces patrons voleurs et pour ma part je ne les condamnerais pas à la prison ni au bagne mais simplement après privation de leurs biens mal acquis, pour un temps égal au moins à leurs mandats passés à vivre de ce smic qu'ils jugent souvent très, très généreux pour leurs salariés.

L'important après avoir fait regorger ces exploiteurs  serait d'instituer des règles précises et justes de salaire minimum et maximum, les deux étant d'ailleurs liés l'un à l'autre de façon équitable en tenant compte des mérites de chacun mais aussi des besoins de tous.

      Yvan Balchoy (16/01/2008)

 

 

P.S. d'Yvan Balchoy (29 novembre 2012)

Madame Parisot trouve scandaleux que l'Etat francais pour protéger ses salariés pense à nationaliser provisoirement la centrale de sidérurggie que MITTAL veut garder en totalité, sans doute pour ne pas se susciter un conqurent possible. 

Mais Madame Parisot, le scandaleux. c'est l'accaparation  d'une entreprise collective par un individu ou un petit groupe d'individus qui à travers l'argent croit être le propriétaire du résultat du  travail de ses salariés. Proudhon avait déjà défini cette forme de propriété de VOL. Marx nous a bien montré que ce tyoe de propriété capitaliste repose sur l'EXPLOITATION du travailleur par son patron.

 

Une société devrait appartenir à l'ensemble des travailleurs depuis son travailleur jusqu'au plus simple de ses travailleurs; sûrement pas à un voleur en col blanc  qui se paie parfois  d'une façon extravaguante et se donne le droit de vie et de mort sociale sur ceux qui l'aident à gagner de l'argent.

 




Yvan Balchoy
balchoyyvan13@hotmail.com
http://www.poete-action.ultim-blog.com

Commenter cet article