Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

Xarlo@aol.com

 

 

Certains ont le courage de leur ignominie.

Il faut reconnaitre cette qualité à Prasquier et consorts, ils ne cachent pas leur ignominie. Stéphane Hessel mort, ils continuent à cracher leur venin sur son cadavre. Hessel est un traître, ce Juif qui refuse de défendre son vrai pays, c'est-à-dire Israël, ce Juif qui défend les assassins de Juifs, mais peut-être ce faux-juif car les Juifs professionnels que sont les notables du CRIF remettent en question la judéité de cet homme qu'ils haïssent.

Tout cela n'est que normal. Ceux qui ont transformé une association née de la Résistance contre le nazisme en une officine sioniste ne peuvent accepter qu'un notable, juif de surcroît, refuse d'être un inconditionnel du sionisme. Ils en ont dit pis que pendre pendant sa vie et ne peuvent que continuer, une fois Stéphane Hessel mort.

Mais l'ignominie a une autre face, ceux qui, pour montrer leur belle image, vont faire assaut d'éloges pour mieux confisquer la cadavre. Rien n'est plus dangereux pour eux qu'un symbole mort, alors quoi de mieux, pour l'aseptiser, que d'honorer sa mort. Il est mort, donc il est à nous.

Qu'un notable de la diplomatie française soit honoré nationalement après sa mort, quoi de plus naturel. Mais ici honorer le défunt est une façon de le tuer une seconde fois. Honneurs militaires au Invalides, quoi de plus contradictoire au message de Stéphane Hessel. Mais l'oraison funèbre du Président de la République a pour objectif moins d'honorer le défunt que de montrer François Hollande honorant de défunt. On peut ainsi occulter la contradiction entre le refus de toute xénophobie de Stéphane Hessel et la chasse aux métèques organisée par le ministre de l'intérieur de ce même François Hollande.

On peut aussi oublier la contradiction entre le dénonciateur de la politique israélienne et le soutien apporté à cette politique par un gouvernement français qui reçoit dans quelques jours Shimon Peres, président de l'Etat d'Israël. On peut aussi espérer que, sous les hommages, on oublie la politique d'austérité imposée par l'Union Européenne et acceptée par le président de la République française. Mieux honorer la mémoire de Stéphane Hessel pour oublier ses idées.

Deux formes de l'immonde se rencontrent autour d'un cadavre pour mieux l'éliminer.

Ceux qui crachaient sur l'homme depuis longtemps et qui continuent à cracher, l'homme une fois mort.

Ceux qui jouent à honorer le défunt pour mieux le faire taire.

Rudolf Bkouche

Union Juive Française pour la Paix – Lille le 8 mars 2013

 

Ce matin à  Europe 1, interview de  Shimon Peres chef de l'Etat colonialiste et raciste d'Israël par Elkabbach qui manifestement semble heureux et honoré par ce contact.

Quand il est question de l'Iran, pays qui comme l’Arabie Saoudite, notre grand allié,  pratique hélas un Islam machiste et trop souvent cruel en particulier pour ceux qui ne respectent pas la moyenâgeuse charria, notre journaliste par ses questions semble espérer sinon provoquer des réponses militaristes de son interlocuteur à propos de la possibilité d'un bombardement préventif des installations nucléaires du pays des mollahs. Je dois à la vérité que Peres fut prudent  dans  ses réponses.

Je viens d'émettre des réserves importantes sur l'Iran au plan religieux mais ce pays, malgré les calomnies venant de l'impérialisme américains et de ses satellites comme la France et mon pays, n'attaque pas ses voisins ni n'occupe comme Israël, notre "allié" un territoitre qui n'est pas le sien.

 

Mais quand le Président d’Israël a l'audace de dire qu'Israël a généreusement renoncé à l'occupation de Gaza en accordant l'indépendance à ce territoire, il néglige d'ajouter que c'était pour en faire un gigantesque camp de concentration où d’ailleurs l’Etat sioniste commit un nouveau massacre de la population Palestinienne. 

Quand il affirme aussi, sans être bien entendu contredit en rien par son copain journaliste, que la colonisation de la Palestine ne constitue que 3 % à peine de la Cisjordanie, il ment doublement.

Jérusalem est fait partie de la Palestine et son annexion par Israël ne vaut rien de plus que celle de Dantzig, de la Bohème et l'Autriche autrefois.

 En fait, l'Etat Palestinien, dont parle parfois certains Israéliens, amputé de Jérusalem est  et d'une partie de la Cisjordanie, ne représenterait pas plus au mieux  de 20 % de la Palestine historique reconnue par l'ONU.

En fait l'interview de Peres a lieu à l'occasion de la visite en grande pompe du chef d'Etat Israélien à Paris après avoir fait une série de visites et conférences en particulier dans les milieux européens pour redorer le blason pas mal terni de l'Etat hébreu.

Mais au fond qu'y a-t-il de commun entre Elkabbach, Perez, Sarkozy, Hollande et tant de ministres et de parlementaires français, j'espère que, ce à quoi je pense,  est faux et que seul le bien de la France et le respect par elle des droits de l'homme guide sa politique y compris au Moyen Orient.

Je n'en suis pas toujours sûr ; j'aimerais que François Hollande, par sa fermeté, son sens de la justice, soit ferme avec le Président Israélien  et qu'on en vienne, si nécessaire, à des mesures de coercition pour mettre fin à l'occupation de la Palestine et à l'apartheid, semblable à celui de l'ancienne Afrique du Sud, qui y sévit.

 

A propos   Shimon Peres, Yasser Arafat ont reçu conjointement avec Rabin le prix Nobel de la Paix.

Je ne suis pas sûr, à la lumière d’évènements passés, que Peres le méritait.

 

Monsieur Hollande, vous allez recevoir le Président d'un pays qui  en occupe un autre et en maltraite la population.

Il est temps, pour vous et votre gouvernement d'agir selon les grands principes de la France.  Pouvons-nous compter sur vous ? 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article