Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY


 
Depuis les recherches fondamentales menées par Robert Paxton dans les années 1970, l’étude de la France pétainiste n’a cessé de s’enrichir.
 
Saluons ici la nouvelle livraison de l’un des grands contributeurs de cette historiographie, Jean-Pierre Azéma, auteur de livres aujourd’hui incontournables et qui, dans Vichy-Paris, les collaborations. Histoire et mémoires paru chez André Versaille à Waterloo, relève une nouvelle fois avec brio le défi de démêler les fils de la collaboration en France durant la Seconde Guerre mondiale.
 
Revenant sur la débâcle de juin 1940, Azéma décrit la mise en place du régime de Vichy et les affaires qui se trament dans les coulisses du pouvoir. Car c’est avant tout une histoire d’hommes et d’ambitions antagonistes que celle du régime de Pétain. De la poignée de main de Montoire à l’épuration, l'auteur montre toutes les facettes de ces ambitions qui ont trouvé leur application dans la collaboration militaire, économique et intellectuelle. Il précise le rôle de personnages clés comme Darlan, Darnand, Abetz, Brasillach. Il explique le STO, la LVF, le rôle des autorités dans la Shoah, mais aussi celui des résistants de l’extrême-gauche à l’extrême-droite, des gaullistes aux pétainistes (ceux que l’on qualifie de « vichysto-résistants »). Il montre aussi une France coupée en deux ainsi que les accommodements plus ou moins délicats opérés dans les milieux artistiques et intellectuels parisiens. Il parle enfin de ce qui est resté dans la mémoire collective de ces années sombres, et de la nécessité d’un devoir de réflexion sur ces événements.
 
Parce que la collaboration française était avant tout une somme de chimères abominables.
 
Celles d'un vieux maréchal déterminé à mettre en place un régime dictatorial en France. Celles de Pierre Laval, le cynique et plus fidèle allié de l’Allemagne, rêvant des miettes que lui jetteraient les nazis. Celles d’hommes qui, comme Marcel Déat et son pire ennemi Jacques Doriot, virent dans la victoire de l’Allemagne et par la croisade contre le bolchévisme l'occasion d'accéder au pouvoir. Celles d’aventuriers ou de déboussolés naïfs sensibles au chant des sirènes de l’Ordre nouveau. Celles des nazis enfin, qui n’avaient d’autres projets pour la France que d’en faire un pays à la botte du Troisième Reich, en le pillant de ses richesses, en massacrant ses citoyens (juifs et autres) et en y réduisant à néant toute forme de liberté.

 

 

De bien sombres projets dans le crâne de sombres crapules !

 

 

http://alainindependant.canalblog.com/archives/2013/10/26/28292880.html

 

 

 

 

P.S.  En lisant la conclusion de ce juste article, je ne peux m'empêcher de penser au programme honteux d'un parti politique flamingant issu de ce même nationalisme qui non content d'avoir sali la Flandre durant la dernière guerre mondiale, veut aujourd'hui modeler la Belgique à l'aune de ses turpitudes.

A ce bourgmestre qui s'est afffiché plus d'une fois aux funérailles de traitres qui avaient revêtu l'uniforme du III ème Reich et combattu l'héroïque peuple soviétique qui nous a libéré, il est temps de crier :ASSEZ !

 

La triste idéologie du triste bourgmestre d'Antwerpen-Anvers doit nous redonner l'énergie et le courage de la Résistance qui nous a libéré hier de l'horrible fascisme qui à nouveau nous menace.

 

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article