Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

Dans ma vie,

il surgi comme une étoile filante.
Brisant ma solitude d’un soir
il l’a tissée d’amitié
et parlant avec autorité
m’a enseigné deux trois vérités
que je ne suis pas prêt d’oublier.
Enterré le passé
et ses regrets,
fermé les yeux aux incertitudes
d’un futur qui n’existe pas,
pour Vivre le temps présent,
le plus merveilleux des présents,
retrouver enfin ce centre de la sphère
dont parlait le grand Pascal.
et qui m’interpelle 
dans ce petit chat qui passe,
ce rossignol qui ne chante que pour moi,
cette cloche qui chante le crépuscule.
Il s’appelait Jonathan,
beau comme un archange,
il me semblait venir
de nulle part,
et était partout « chez lui ».
Il n’avait peur
que de son cœur.
avec lequel il luttait la nuit
comme pour en maîtriser l’ardeur.
Je ne l’ai rencontré qu’un court instant,
mais, à vrai dire, 
il ne m’a plus jamais quitté 
Oh, j’ai bien essayé
de le retrouver physiquement
mais dans ce tout petit  pays Cévenol
curieusement personne ne se rappelait de lui
pas même l’unique jeune femme du village
que j’interrogeai en vain.
Certes je le retrouvais dans cette cassette, 
précieux héritage, 
que je n’ai jamais partagé
qu’avec ces rares vrais amis
que la vie m’a offert.
Hier pourtant 
sur un petit papier glacé
quelques lignes
écrites avec avec chaleur
m’ont saisi comme un accroche-cœur.
J’y ai retrouvé la magie
du rossignol de Soudorgues,
Ce message vivifiant
me venait d’une amie
à qui j’avais l’intention 
de confier à son tout la cassette trésor.
Mais en la lui remettant hier,
j’ai eu l’impression de lui rendre son dû.
Avec elle,
c’est comme si l’esprit de Jonathan
faisait de nouveau irruption en ma vie
sous les doux traits
de cette femme
en qui j’ai retrouvé 
comme à travers un miroir
la présence invisible
et pourtant presque tangible
de celui que je cherchais depuis si longtemps
et qui, je crois, se serait reconnu
dans les mots bouleversants
qui à nouveau me rendent présent 
l’éternité de l’instant.
Qu’importe l’incertain
de demain
face au présent
si nourrissant
de cette femme
qui fait écho en mon cœur
au cri de Jonathan.
Quoi qu’il arrive,
je sais, plus que jamais,
que jusqu'à mon dernier souffle
je garderai au fond du coeur
comme un immense bonheur
la chaleur mêlée
de cette archange terrestre
et de cette femme de délicatesse
qui au moment du grand départ
me rempliront le cœur
de reconnaissance et d’espoir.


Yvan Balchoy
yvanbalchoy13@gmail.com
http::/poete-action.ultim-blog.com
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article