Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY


 

 

Tu me vins d'abord sous forme d'absence

 

qu'une longue heure durant,

 

j'ai grignotée, plongé dans un silence

 

un peu frustrant.

 

 

Puis, à la gare, tu m'as comblé de ta présence

 

qui, d'un seul baiser,

 

a transformé mon humeur désolée

 

en  une joyeuse exubérance.

 

 

Magicienne marrante,

 

tu m'as offert une ville enivrante

 

Là où jusqu'ici je n'avais trouvé

 

Que du gris bétonné.

 

 

Puis me donnant la main,

 

assaisonnée de ton rire cristallin,

 

tu m'as fais oublier tout ce mesquin

 

qui si souvent couvre ma vie de crachin.

 

 

Sur la Grand Place

 

tellement vivace,

 

grâce à toi j'ai eu l'audace

 

d'aborder cette demoiselle

 

si poétiquement belle

 

au sourire de Charlot

 

en habits de Pierrot

 

qui sous sa lyre,

 

 en pleine foule nous as réunis

 

en simple catimini

 

sous un même point de mire.

 

 

 

Le soir, Lille, vêtue de néons,

 

a voulu nous séduire

 

et nous retenir

 

en se faisant étincelle

 

en nous offrant ses merveilles,

 

mais c'est de toi,

 

que je tenais si fier à mes bras,

 

que m'est venu le grand frisson.

 

 





Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article