Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

LES CHRETIENS QUI OPTENT RESOLUMENT POUR LA SECULARISATION AU NOM DE LEUR FOI.

D'autres chrétiens considèrent comme un processus tout à fait positif la sécularisation et y voient même une mise en application de l'Evangile.

Ainsi le romancier prêtre, Jean Sulivan, affirmait lors d'une interview que les chrétiens ne doivent pas s'indigner ni s'attrister de voir leur idéal exprimé sous une forme non religieuse par la société moderne.

L'Eglise, à son avis,  doit se réjouir de voir son esprit de fraternité partagé par le plus grand nombre, même si beaucoup le vivent indépendamment d'elle.

La situation nouvelle de l'humanité constitue un signe divin appelant à un renouvellement de la Foi. Refusant de considérer le Christianisme comme un instrument de conquête ou un facteur de ségrégation parmi les hommes, les chrétiens "sécularistes" oeuvrent donc, au nom même de leur Foi, pour le déconfessionnalisation des institutions religieuses dans le domaine profane.

Selon eux, l'Evangile doit inspirer tous les secteurs de la vie sociale, économique et politique, comme le levain dans la pâte. La sécularisation doit dès lors être considérée comme une chance nouvelle donnée à l'annonce du Salut.

Beaucoup de théologiens (A. Van Loew, Cox, Newbigin) soutiennent même que cette sécularisation est un fruit de la révélation biblique qui a mis fin à une certaine forme de "sacré", celui des religions païennes. En assignant à l'homme de dominer la terre, la Bible a favorisé l'essor technique qui a de fait pris naissance dans une civilisation marquée par le Christianisme : les Missions, note Newbigin,  ont souvent davantage favorisé la sécularisation que la Christianisation des pays du Tiers-Monde. Et il cite l'Inde, pays religieux par excellence, qui s'est donné en 1948 une constitution laïque.

D'autres rappellent que, par son Incarnation, Jésus est venu abolir le sacré ambigu des religions et "accomplir" la Révélation de l'Ancien Testament.

N'a-t-il pas désacralisé le temps, le Sabbat et du même coup le dimanche ? Il a désacralisé le prêtre en évitant soigneusement l'emploi de tout vocabulaire sacerdotal à propos des siens.

Les premiers chrétiens scandalisaient les païens parce qu'ils n'avaient pas de lieu sacré. Jésus est allé jusqu'à désacraliser l'absolu du culte et du même coup de la religion, puisque la réconciliation fraternelle doit précéder l'offrande à Dieu. Le Christ, ajoutent-ils a tout désacralisé sauf ... l'homme lui-même, l'homme du commun auquel il s'est identifié en en faisant le critère ultime de notre démarche vers Dieu.


     -"J'ai eu faim et vous m'avez donné à manger,
        J'ai eu soif et vous m'avez donné à boire.
        J'étais un étranger et vous m'avez accueilli,
        nu et vous m'avez vêtu,
        malade et vous m'avez visité,
        prisonnier et vous êtes venu me voir."

   
     

(à suivre)



Yvan Balchoy
yvanbalchoy13@gmail.com
http://poeteaction.ultim-blog.com
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article