Catégories

Publié par BALCHOY

 

 

  www.herodote.net/histoire05010.htm

 

 

 

 

  Le 1 mai 1886, aux U.S.A. lors d'une manifestation pour la limitation de la journée du travail à huit heures, un heurt violent opposa des forces de l'ordre aux manifestant avec des victimes de part et d'autre. La justice américaine fut terrible pour les manifestants qualifiés d'émeutiers, cinq seront pendus sans vrai preuve de leur culpabilité avant d'être réhabilités plus tard.

Ainsi sous la pression très forte des syndicats sur le patronat américain et le gouvernement,  200 OOO travailleurs obtinrent la journée de huit heures.

Il fut ainsi décidé pour la  première fois, le 1 mai 1890 de manifester pour la journée de huit heures de travail. Des ouvriers firent grève et défilèrent un triangle rouge à la boutonnière pour symboliser le partage de la journée en trois (travail, repos, sommeil.)

 


En souvenir de ce succès, les syndicats européens, quelques années plus tard, instituent une «journée internationale des travailleurs» ou «Fête des travailleurs» destinée à se renouveler tous les 1er mai. Cette journée est aujourd'hui plus volontiers appelée «Fête du Travail»,

(André Larané)

 

Trois ans plus tard, l'internationaliste socialiste réunie à Paris pour son deuxième congrès se donna pour objectif la semaine de huit heures (on travaillait fréquemment 12 heures par jour).

 

 

En 1891 à Fourmies, une petite ville du nord de la France la troupe tue dix travailleurs dont 8 de moins de 21 ans et ce ne sera pas hélas la seule manifestation de la violence de la droite de l'époque contre les premiers socialistes qui ne se limita pas à la France. Car s'il y eut une internationale des luttes ouvrières, il y eut aussi une internationale de la violence policière.

 

Depuis lors, oublié aux USA, son lieu de naissance, le premier Mai fête des travailleurs est devenu une des dates les plus respectées au monde.

 

La tentative grotesque de Sarkosy de faire du 1 mai 2012 une cérémonie de propagande pour sa campagne électorale au profit de la droite la plus éculée est une preuve de plus  de l'opposition du Président du Fouquet's au  mouvement syndical qui depuis plus de 120 ans défend le droit des travailleurs.

 

Il m'apparaît ainsi comme le descendant moral de ses prédécesseurs de cette droite qui à Fourmies et ailleurs a  tiré sur des ouvriers qui  ne demandaient qu'à vivre décemment et humainement.

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article