Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

C’était dans un journal d’hier. Selon le journal flamand « De Morgen », une concession aurait été accordée en principe par les francophones à la N.V.A. Sous des modalités un peu tortueuses, mais dont le résultat est clair : les allocations familiales seraient financées différemment entre francophones et néerlandophones (et peut-être aussi pour les germanophones). Il resterait à régler un dernier différent entre le nord et le sud du pays.

Si l’on régionalise ces allocations, comme le souhaitent les francophones, Bruxelles serait une entité prise en compte, si, en revanche on les communautarise, elles ne seraient accordées que selon le critère :néerlandophone ou francophone, germanophone et les Bruxellois seront obligés de choisir entre des allocations sans doute plus généreuses pour ceux qui choisiraient le régime du nord, sans doute plus limités pour le sud du pays, vu l’état des finances de la communauté française.

 

Si réellement, un tel accord était déjà accepté, ce qui heureusement n’est pas certain, ce serait non seulement une première atteinte à la solidarité fédérale de la Sécurité sociale – les autres suivraient sans doute bien vite - et le début de la fin pour une vraie région Bruxelloise autonome et égale aux autres régions.

 

Sans parler du casse-tête des familles recomposées avec par exemple garde alternée, quand les parents et donc enfants vivent la moitié de l’année en région flamande, l’autre moitié en Wallonie, la mesure permettra aux extrémistes flamands de la NVA  (qui pour moi le sont toujours malgré l’affabilité toute apparente de monsieur De Wever)  « d’acheter » en quelque sorte le choix de nombreux bruxellois trop pauvres pour pouvoir dédaigner les avantages financiers que ne manqueront pas d’avancer les partis flamands. (je n'ai pas oublié les primes offertes aux Hollandais à travers des concours culturels dans les Fourons !)

Ce n'est pas la bonne manière pour accroître la présence flmande utile et même nécessaire à Bruxelles.

 

Je demande donc à tous les partis francophones, aux responsables néerlandophones attachés à la solidarité nationale (et il en a plus qu’on ne pense !) de refuser ce "ver dans la pomme" de la solidarité qui la pourrira toute entière.

 

Un dernier mot à propos de la N.V.A. qu’il est bon ton aujourd’hui de considérer comme un parti respectable, malgré certains points de son programme non retranchés, qui ne le sont pas du tout.  L’insistance apportée par ce parti en faveur de l’amnistie me semble révélatrice.

 

Certes, je pourrais comprendre que, moyennement le regret, émis par les intéressés du mauvais choix accompli par eux lors de la dernière guerre et surtout des conséquences éventuelles de ces mauvais choix, je pourrais comprendre qu’on efface de leur certificat de bonne vie et mœurs cette très ancienne tâche.

 

Il n’est pas question en revanche de rendre des biens confisqués pour de justes raisons autrefois ; au mieux, je les verrais bien rendus aux victimes des collabos ou aux héritiers de ces victimes si nécessaire.

 

Le silence qui couvre actuellement les négociations en soi est utile pour les favoriser, mais il ne faudrait pas qu’il occulte la lâcheté d’un camp face à l’autre camp même si cette lâcheté était  contrebalancée par des avantages financiers certes très utiles contre l’abandon du respect du droit des personnes en chaque partie de notre beau pays.

 

Si cela n’était pas le cas, que nos hommes politiques francophones sachent que nous n’accepterons pas leur trahison et que demain, si nécessaire, nous défendrons nos droits légitimes, ceux des néerlandophones, ceux des francophones aussi, là où ils sont plus qu’une minorité en terre flamande, ceux des bruxellois ou les deux communautés doivent être traités à part égale, droit aussi de nos frères germanophones, qui en dépit de la petite de leur communauté pourraient constituer une vraie  région, même si l’assistance fédérale leur sera toujours nécessaire.

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article