Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY


 

Impossible de vivre l’amour du Christ sans ressentir au fond de son cœur le désir de pardonner tout e offense à l’image du Père céleste.

La  peine du criminel ne peut être une compensation haineuse du mal commis ;  le but demeure toujours le redressement du criminel dans sa dignité humaine sa réintégration aussi dans la communauté sociale. L’auto-conversion personnelle est le meilleur moyen de diminuer la criminalité.

     « Non, le peuple ne nie pas le crime ni n’ignore point que le criminel est coupable. Le peuple sait seulement qu’il partage lui-même la culpabilité de chaque criminel Mais en s’accusant, il prouve qu’il ne croit pas au « MILIEU » ; il croit au contraire que le « MILIEU » dépend de lui, de son incessant repentir et de son propre perfectionnement.

Energie, travail, lutte, voilà par quoi sera transformé le « MILIEU ». C’est seulement par le travail et la lutte que seront conquis l’indépendance et le sentiment de la dignité personnelle.

Conquérons cela,  nous deviendrons meilleurs, et le « MILIEU » en sera lui-même amélioré. Voilà ce que ressent profondément le peuple russe. (1)

Journal d’un écrivain », 12873, page 115.

La peine de mort n’a aucun e place dans une telle perspective.

Dostoïevski qui l’avait en quelque sorte expérimenté subjectivement puisqu’il s’était trouvé un jour devant un peloton d’exécution, en était un farouche adversaire :

     « Que se passe-t-il  à ce moment-là dans l’âme humaine et dans quelle affres ne las plonge –t-elle pas ? Il y a là un outrage à l’êtreni plus ni moins. Il a été dit : « Tu ne tueras point ». Et voici que l’on tue un homme parce qu’il a tué. Non, ce n’est pas admissible. Ce n’est pas une fantaisie de mon esprit ; savez-vous que beaucoup de gens s’expriment de même ?  Ma conviction est si forte que je n’hésite pas à vous la livrer. Quand on met à mort un membre, la peine est incomparablement plus grave que l’assassinat.  Pourquoi infliger à la nature humaine un affront aussi grave qu’inutile. » (2)

 

(2) « L’Idiot », page 26-27.

               

yvanbalchoy13@gmail.com  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article