Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

Szylkarsky pense trouver là le noyau même de « La Légende », c’est-à-dire l’application de la triple tentation au désert à l’action historique de l’Eglise Romaine. (1)

---------------------------------------------------------

(1)   Ouvrage cité page 11


Cette application, remarque-t-il, élaborée d’une façon dramatique peut être considérée  comme le couronnement des doctrines slavophiles, cherchant à voir dans la Foi d la pureté évangélique intégrale.


Il date cette conférence des premiers mois de 1878, ce qui la situe sensiblement à la même époque que la composition des « Frères Karamazov » et de l’élaboration de la « Légende ».


 Boris De Schloeer pense pour sa part que  Dostoïevski a commencé à penser aux Frères Kararamzov en 1876, mais les brouillions que nous possédons et qui comprennent « La Légende,  sous une forme tr !s voisine de la version définitive, sont postérieurs à avril 1878.

 

Or, souligne Szylkarsky, Dostoïevski était des auditeurs réguliers de ces conférences, où s’exprime avec une netteté particulière la conception du monde de Soloviev en la première partie de sa vie.

Il pense avec raison que les idées défendues par Soloviev dans ses conférences furent l’objet de conversations entre les deux amis durant les cinq années précédentes, puisque c’est au moment des conférences théandriques que les rapports amicaux entre les deux amis se firent particulièrement intenses.


Szylkarsky attribue à l’influence de Soloviev, l’envolée philosophico-religieuse que nous admirons dans les « Frères Karamazov » et surtout dans la « Légende ».


A mon avis, il simplifie quelque peu les données. Tout d’abord on ne peut minimiser l’influence qu’exerça sur lui « Don Carlos » de Schiller, pour ce qui du cadre même de la Légende. »


L’exégète dostoïevskienne de la triple tentation du Christ, envisagée comme me choix de la Liberté authentique, semble être l’élément le plus original de la synthèse du grand romancier.


Nous en trouvons des traces dès 1868 donc avant toute influence possible de Soloviev sur Dostoïevski.


La critique de l’Eglise romaine, qui  y est attachée, semble directement redevable des écrits d’Yvan Kireevsky et des grands auteurs slavophiles. Le lien entre les tentations du Christ et la défection de l’Eglise romaine est déjà explicite en 1868.

 

 

 

 

 

yvanbalchoy13@gmail.com

solidaire des résistants du ghetto de Gaza

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article