Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

Le caractère outré de certains jugements de Fédor Mikhaïlovitch, concernant l’Eglise romaine, provient peut-être de la construction trop schématique et arbitraire du grand Slavophile.

 

Il est nécessaire de mentionner ici de ce que la Légende doit éventuellement à Vladimir Soloviev. (1)


(1)    A propos de la relation entre Dostoïevski et Soloviev CF. cette étude, page…

 

Vladimir Szylkarsky  est persuadé de l’influence de Soloviev sur le thème de la Légende de DostoÏevski ; Il s’appuie sur le contenu des fameuses conférences théandriques imprimées de 1877 à 1881 dans la revue « DEUX MOTS », mais qui, selon lui, furent prononcés à partir d’un manuscrit déjà prêt en 1877.


Selon Szylkarsky, la foi de Dostoïevski fans une Eglise restée fidèle à la pure image du Christ a subi l’influence de Vladimir Soloviev.

 

Ce serait grâce à lui que la critique de l’Eglise de Rome se fit sur une vue historique bien définie.


Soloviev dépeint en effet l’évolution spirituelle de l’Occident, dirigé par Rome,  comme la déchéance nécessaire et logique de l’idéal chrétien primitif.


En cela, il est fidèle pour l’essentiel à ses prédécesseurs slavophiles en présentant le Protestantisme comme une réaction nécessaire engendrée par la « trahison » catholique, réaction qui mène tout droit au nationalisme étroit et au matérialisme le plus plat.


Il est évident que ce sont là des thèmes défendus par Dostoïevski,  mais il est à noter qu’ils sont déjà amplement développés dans les « Carnets des Démons », antérieurs aux relations proches entre Fédor Mikhaïlovitch et Soloviev.

 

Szilkarsky insiste surtout sur le parallèle établi par Soloviev, dans sa dernière conférence entre la « déchéance catholique et la narration évangélique de la triple tentation du Christ.


Le Christ a résisté triomphalement à toutes trois, mais l’esprit occidental, dirigé par Rome, y a succombé totalement.


 

 

yvanbalchoy13@gmail.com

solidaire des résistants du ghetto de Gaza

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anne-Marie 21/07/2014 14:01


Bonjour, je n'aime pas Dostoievsky, mais je confirme que la liberté ce n'est pas chosir "à tout vent" mais bien être soi-même. Le difficile par les temps qui courrent, c'est que l'être humain a
oublié qu'il avait du prix et que sa vocation était de chercher la vérité ? chercher Dieu ? La seule chose qui semble être importante pour lui est dirigé par son égo et donc son nombril. Il n'est
pas étonnant qu'il soit malheureux. De plus il ne sait pas ce que signifie le mot "liberté" alors que ce mot est justement défini dans les textes de 1789 "consiste à pouvoir faire tout ce qui ne
nuit pas à autrui". Cette injonction d'agir au service des autres a été captée par les institutions ou les structures et ça devient compétition.


Oui, l'individuation est capitale puisque je crois que c'est ce que désire le Seigneur