Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

C O N C L US I O N

 

 

 

La liberté chrétienne ne peut naître sans la rencontre de l’ordre de la raison et de la réalité objective avec celui de la liberté irrationnelle.


Elle exige initialement une certaine limitation ou un renoncement volontaire de ces deux facultés, car pour Dostoïevski l’intellect certain au plan rationnel empêche la rencontre personnelle du Christ, objet essentiel de la Foi, tandis que la volonté érigée en absolu ne peut atteindre les valeurs personnalisantes ni donc le Christ, source de tout amour véritable.

En visant volontairement la Vérité qui libère, identique à l’être et à la Personne du Christ, le croyant se met en état d’accueil vis-à-vis du don divin qui le configure activement à l’image de l’Homme-Dieu, inscrite en lui et mieux, le fait image vivante de Dieu pour ses frères.


Le Saint en sa Christo-conformité rayonne la condition déiforme de l’homme ; par  son attitude joyeuse et fraternelle, il  n’offre pas seulement un exemple, même insigne, mais en son contact vivant, qui encourage chacun à communier lui-aussi à la Beauté de cette image, source de tant de joie et de bonheur pour le cœur de l’homme. (1)


(1)   « Carnets des Démons », page 897 : « Les Frères Karamazov », page 336

 

Lorsque dans un "élan direct", le croyant entre en communication directe avec le Christ, il y a comme une transmutation de sa connaissance intellectuelle qui devient FOI et de sa libre volonté qui donne naissance à l’AMOUR actif et vivant.

Foi et Amour sont tous deux nécessaires au Salut et se conditionnent mutuellement jusqu’à coïncider dans l’état de sainteté. Dès lors la connaissance d’autrui perd son caractère abstrait qui réduisait l’homme à un concept intelligible ; elle devient en quelque sorte ce qu’elle affirme.

Au cœur de celui qui participe à la vie divine et à la liberté chrétienne, l’amour-communion devient une connaissance essentielle et définitive du sens de Dieu, des autres, de soi et de l’entièreté du cosmos.

A cette compréhension « divinisée » du réel, répond la joie paradisiaque, signe de plus haute liberté.

 

 

 

yvanbalchoy13@gmail.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article