Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

b)  DE LA FOI  A L’AMOUR


 

Le croyant doit humblement accepter de ne pouvoir tout « comprendre »:


« Qu’il y ait des mystères, c’est tant mieux,  s’écrie Makar dans l’Adolescent, c’est terrible pour le cœur et c’est merveilleux (1)


(1)    L’Adolescent, page 389

 

La foi « vivante » est condition de l’amour parce qu’elle est ouverture à la liberté. (2)


(2)    Khomiakov affirme de même que « la Foi est essentiellement vivante, donc unie nécessairement à l’amour : une foi purement extérieure est une foi morte à laquelle se dérobe la connaissance du mystère. CF. A. Gratieux, ouvrage cité, tome II, page110

 

Elle n’est salvifique que si elle rejoint le Christ vivant partout où il est présent.


Aussi  ceux-là seuls parviennent à allumer leur Foi  du feu de l’Amour qui cherchent à vivre horizontalement et verticalement leur religion en se mettant au service du Christ et de leurs frères, signes de sa présence ici-bas.


Celui qui persévère dans cette foi agissante au sein même des persécutions connaîtra » la plénitude de l’amour vivant », en laquelle se révèle intégralement la Vérité du Seigneur. (3)

(3(3)    « Les Frères Karamazov », page 346

------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 


 

c) L’EXPERIENCE MYSTIQUE DE L’UNION SPIRITUELLE AU DIEU, SYNTHESE SUPREME DE LA VIE

 

Au-delà même de l’Amour-Connaissance, de rares élus parviennent à cet instant extatique » où l’âme entre en contact immédiat avec Dieu Lui-même.


La similitude des expériences mystiques de Kirilov, de Mychkhine et d’Aliocha est évidente même si les deux premières ont des causes morbides.

Nul doute que Dostoïevski n’ait éprouvé lui-même cette extase lors de ses crises épileptiques. Il y a découvert une exaltation et une plénitude harmonieuse des sensations vitales.

 

Cette harmonie est tout d’abord intérieure et engendre un bonheur inexprimable ; mais elle débouche aussitôt sur le monde entier dans la mesure où le Verbe synthétise en Lui tout le Cosmos…

 


Dans ce contact avec Dieu, synthèse suprême de la vie, Mychkhine-Dostoïevski ressent une extraordinaire intensification de sa volonté et de sa conscience de soi.

Toutes ses forces vitales se décuplent, une lumière extraordinaire  le rend capable de saisir de sens dernier des réalités en Dieu.

 


Tout cela a se déroule dans un sentiment de plénitude, d’harmonie et de conciliation universelle (4)


La joie et l’Espérance envahissent le champ de sa conscience.


(4)    CF. L’Idiot, page 274-275

 

Le romancier a assimilé cette expérience en une sorte de prière où l’âme humaine se fond dans la vie divine. Il a ressenti au-delà du doute la Beauté et la prière pures. (5)

 

 

  (5) Cette expression provient peut-être de Carus.

------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

yvanbalchoy13@gmail.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article