Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

Que cette contrainte pousse au bien ou au mal, elle altère de toute façon la pureté de l’image du Christ et partant de la Foi. Les conséquences d’une telle dégradation sont graves comme il en sera question au chapitre suivant

 

Retenons pour conclure que la Foi est œuvre de liberté tant dans ses antécédents que dans ses conséquents. Sans liberté la Foi n’existe pas puisqu’un « interlocuteur » se dérobe au dialogue qu’elle constitue.

Reste alors une adhésion purement intellectuelle s’adressant à une vérité morte où gestes et rites perdent toute signification.

 

 

CHAPITRE II L’AMOUR, COMMUNION A L’IDEAL (1)

 


(1)     Le russe ne distingue pas généralement la charité de l’amour ; nous nous en tiendrons donc à l’usage de ce dernier terme.

 


     

a) FOI ET AMOUR

 

 

Chez un auteur personnaliste, comme Dostoïevski, distinction entre la Foi et l'Amour  n’est pas facile à cerner. Ce sont des modalités différentes d’une même rencontre personnelle.

Il semble bien que l’écrivain voie surtout dans la Foi le moment de la rencontre, l’admiration devant la valeur qu’il découvre de l’autre, la confiance totale en quelqu’un qu’on n’ose approcher tant il nous dépasse.

 

L’Amour va beaucoup plus loin ; il aspire, pourrait-on dire à combler la distance qui sépare de l’autre et cherche une sorte d’égalité au moins relative avec lui, celle de la communauté du « nous ».

Un texte d’Aglaé dans « L’Idiot » à propos de Nastasia Philippova laisse percevoir cette différence essentielle :

 

     « Ce n’est pas le raisonnement mais un simple acte de Foi qui amène à vous regarder comme parfaite. Mais j’ai un tort à votre égard : je vous aime. Il est défendu d’aimer la perfection, on doit se borner à la reconnaître comme telle, n’est-ce pas vrai ? Et cependant j’éprouve de l’amour pour vous. Sans doute l’amour, institue-t-il, une égalité entre les êtres, mais soyez sans inquiétude, même dans mes plus secrètes pensées, je ne vous au pas ravalé à mon niveau. » (2)


(2)    « L’Idiot », page 552

 

 

yvanbalchoy13@gmail.com

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article