Catégories

Publié par BALCHOY

 

 

La révolution du Christ se situe dans le cadre d’une transcendance immanente qui rappelle les « deux intuitions intimes » de Saint Augustin. L’attirance qu’exerce sur lui l’Homme-Dieu apparaît à Dostoïevski comme une force de libération et donc n’exerce sur lui aucune contrainte.

 

On comprend dès lors m’importance que revêt pour le romancier russe les motifs de crédibilité du Christianisme dans la mesure où ils s’accordent ou non à la liberté humaine sans laquelle aucune forme de foi ne peut exister. En ce sens là, il s’intéresse de près à  la relation existante entre le miracle et la Foi. Il admet sans difficulté l’existence du miracle contrairement aux scientistes de son temps. A ses yeux, en effet, la Foi et le savoir scientifique ou rationnel ne sont pas seulement deux moyens de connaissance distincts ; en effet savoir scientifique ou savoir rationnel ne sont pas seulement deux moyens de connaissance distincts, ils sont « opposés ».

 

La science se confine dans la description et la compréhension du monde des faits purement terrestres, tandis que la Foi établit un lien avec les autres mondes. C’est ce qui la rend apte à reconnaître le miracle comme une vérité essentielle. L’incroyant distingue bien un phénomène exceptionnel, inexplicable actuellement. Le croyant y voit l’irruption et la manifestation du monde céleste en notre univers terrestre. Pour l’incroyant, c’est donc un fait inexpliqué, poseur le croyant la manifestation de la réalité spirituelle.

 

     « S’il y a un lien avec l’autre monde, il est clair qu’il peut, qu’il doit même se manifester parfois des faits extraordinaires qui ne s’achèvent pas uniquement sur la terre.

L’incroyance des gens ne trouble pas le croyant, ceux-là même qui ne croient pas à l’immortalité et à l’autre vie, ne peuvent croire au miracle, parce que, pour eux, tout est parfait sur la terre. » (1)

« Les Frères Karamazov, page 24 et leurs « carnets » page 822-823

------------------------------------------------

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy123@gmail.com

Commenter cet article