Catégories

Publié par BALCHOY

 

 

 

 

3) Dostoïevski distingue la situation de l’homme adhérant à son idéal véritable (juste de l’Ancien-Testament ou incroyant de bonne volonté), de la situation privilégiée du chrétien communiant effectivement uni à l’Homme Idéal. Du même coup,  il souligne la convergence de ces deux moyens de réaliser l’idéal humain. Tous deux en effet sont générateurs d’une forme spécifique de liberté, puisqu’ils assurent la possibilité d’être soi-même. Mais il n’y a pas de continuité proprement dite en ces deux degrés. Le terrestre ou le naturel qui a sa valeur propre n’acquiert son plein sens et son développement harmonieux que dans l’accord avec la Loi du Christ. L’homme, écrit Paul Evdokimov existe pour être semblable à Dieu. L’existence est dominée par la Foi. (1) Ainsi la vie terrestre ne devient acceptable que si elle est « informée » par la croyance spirituelle de l’immortalité de l’âme. Le spirituel donne son sens au naturel.

(1) Paul EVDOKIMOV, le problème du mal chez Dostoïevski page 187 et 420. CF le Journal d’un écrivain, décembre 1878, page 422

 

     Il nous reste dans les chapitres qui suivent à expliciter le rôle de la liberté dans la vie chrétienne, envisagée sous l’angle théologal d’abord, moral ensuite.

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article