Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

Même si Dostoïevski donne beaucoup d’importance aux valeurs intellectuelles, une parenté spirituelle indéniable existe entre le Père Cappadocien et lui. On le découvre davantage encore en comparant leurs attitudes face à la possibilité de mal user de sa liberté aussi examinée chez Grégoire que dans la Légende du Grand Inquisiteur.

 

«      « Il semblerait « utile » à ceux qui considèrent les choses d’une façon superficielle que nous soyons arrachés au mal et conduits au bien malgré nous. Mais il a semblé inutile et même injuste au Créateur de la nature de lui faire ce tort au pécheur à cause de son égarement. Pousser l’homme à une chose malgré lui, c’est lui enlever cette dignité. S’il se trouve des hommes qui, librement, par un mouvement spontané tournent vers le mal la nature humaine, essayer par force de les détacher de leur mauvais choix, c’est leur enlever toute possibilité de participer au Bien qui s’offre à eux, et surtout de les vider de la dignité qui les rend égaux de Dieu. C’est en effet par la liberté que l’homme est l’égal de Dieu. » (1)

Discours sur la mort, page 46 col. 524 A

Analysant l’essence du péché, Grégoire y voit surtout l’altération de la nature humaine ; Dieu ne se reconnaît plus en celui qu’il créa à sa ressemblance. Or être à l’image de Dieu, c’est la définition historique de l’homme. Par le péché, l’homme devient moins qu’un homme. (2)

(2) P. Duquoc, ouv. cité page 30

 

Toutes ces similitudes confirment la valeur du message spirituel de Dostoïevski et manifestent l’enracinement chrétien de sa pensée. Il donne, pourrait-on dire, une interprétation de la grande Tradition Patristique ajustée à la mentalité et à la problématique actuelle.

La situation de l’homme face à son Idéal est loin d’être uniforme. On s’efforcera ici d’en distinguer les principales formes. Deux critères sont à prendre en compte. L’attitude humaine  et la nature même du « don » divin. On peut tout ramener, semble-t-il à trois situations existentielles : le péché ou l’état de rupture et d’aliénation, la recherche sincère de l’idéal et enfin la vie épanouie en Christ

     Yvan Balchoy

 y  yvanbalchoy13@gmail.com

     http://poete-action.ultim-blog.com

h

y


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article