Catégories

Publié par BALCHOY

 

 

 

 

Aussi Dostoïevski, non content de déchiffrer le passé, de comprendre le présent, s’est-il tourné vers l’avenir ; il n’entend pas en fixer le déroulement exact, mais désirait convaincre les hommes à emprunter librement la seule voie qui puisse les mener au but et les préserver des terribles malheurs qu’il pressentait parfois comme inévitables en une société si pervertie. (1)

 

(1)   « Il me semble, écrit Dostoïevski, en juin 1877,  que le siècle actuel s’achèvera dans la vieille Europe par quelque chose de colossal, c'est-à-dire, peut-être, par quelque chose qui ne ressemblera pas littéralement à la façon dont s’est terminé le XVIII ème siècle, mais cependant tout aussi colossal, puissant et effrayant et qui transforme également le visage de ce monde… Car c’est aujourd’hui qu’en Europe tout s’est soulevé en même temps, toutes les questions mondiales du même coup, et, à la fois, toutes les contradictions mondiales. » « Journal d’un écrivain », juin 1877 ; Cf. C. Motchoulski, ouvrage cité, page 471

 

 

Pour Dostoïevski le salut social passe par la perfection personnelle. Sans frère, impossible de créer une humanité ou un état fraternel. Nous en parlerons plus loin.

 


 

Les critiques sont très divisés sur la valeur du « prophétisme » de Fédor Mikhaïlovitch. Ainsi André Gide écrit :

 

     « Les articles qu’il écrivit pour cette revue ont été réunis dans ce qu’on appelle le « Journal d’un écrivain ». Dostoïevski, dans ces articles, y expose ses idées. Il serait, semble-t-il bien simple et bien naturel de se reporter sans cesse à ce livre ; mais autant vous le dire tout de suite, ce livre est profondément décevant. Nous y trouvons l’exposé de théories sociales ; elles demeurent fumeuses et sont souvent maladroitement exprimées. Nous y trouvons des prédictions politiques : aucune d’elles ne s’est réalisée. (3)

 

« André Gide » : « Dostoïevski », Col. « idées, Paris 1964.

 

 

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

 

Commenter cet article