Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

 

Un trait rapproche cependant les deux plus grands romanciers russes : tous deux cherchent à retrouver le vrai sens du Christianisme, l’un en cherchant à le dépouiller de toute transcendance, l’autre en tendant à le débarrasser du naturalisme qui, selon lui, l’a contaminé dès sa naissance.

 

Dans le « Journal d’un écrivain », Fédor Mikhaïlovitch a essayé de démontrer la justesse de son populisme chrétien en élaborant une vision générale de l’histoire du Christianisme ; l’alternance d’intuitions remarquables avec des préjugés passionnels illustrent bien le conflit intérieur qui opposait en lui le prophète de la fraternité universelle et le nationaliste russe anti occidental et anti catholique.

 

En rassemblant les bribes de réflexion historique éparses en toute son œuvre autour de deux ou trois textes où il se livre à une réflexion plus ordonnée sur la signification du passé, on découvre les lignes-forces de sa théologie de l’histoire.

 

L’écrivain remonte au-delà même des origines chrétiennes. La Rome antique est la première nation à avoir donné naissance à l’idée de l’unification de l’humanité ; elle a même songé à la réaliser pratiquement en lui donnant le sens d’une monarchie dirigeant l’humanité toute entière. (1)

 

(1)   « Journal d’un écrivain », mi-juin 1877, page 559

 

L’idéal de la « Ville éternelle » s’identifiait à une de ces idées universelles » qui jaillissent tout à la fois de la vie nationale et de la vie totale et ont pour but de mener les hommes à une unité réelle et organique. (2)

 

(2)   « Journal d’un écrivain », mi-juin 1877, page 549

 

Avant la venue de l’Homme-Dieu, les sociétés antiques, si imparfaites étaient-elles, jouissaient d’une certaine légitimité. (3)

 

(3)   « A partir de ce moment (INCARNATION), note Jacques Madaule dans son « Christianisme de Dostoïevski », l’Adam nouveau ne cesse de lutter contre le vieil homme et il y a un conflit entre l’Eglise qui est la société parfaite des enfants de Dieu et l’Etat qui est corps de péché. » (page 72-73)

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article