Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

    Ainsi clergé et monachisme, tous deux étroitement solidaires de leur peuple qu’ils symbolisent au plan institutionnel d’une part, charismatique d’autre part, constituent l’élément dynamique d’une Eglise dont la vocation essentielle est de garder vivante au cœur des âges l’image du Fils de l’homme qui seule peut assurer le bonheur des individus et des nations.

 

     Nous ne parlerons pas de la spiritualité du laïcat, puisqu’elle ne diffère qu’accidentellement de celle du Monachisme dans l’œuvre de Dostoïevski.

 

    L’Eglise apparaît donc comme le milieu par excellence où vit l’image du Christ. Tout convaincu qu’il en était, Dostoïevski en est souvent resté à cet égard à des affirmations générales. L’explication nous semble assez aisée.

 

    Romancier, il passe sans continuité d’une vision globale du Mystère de l’Eglise aux détails pratico-pratiques de la vie quotidienne ; du peuple de Dieu indifférencié quant à la qualité de ses membres,  il glisse à la qualité morale de ses membres, à des problèmes très concrets tels que le salaire du clergé, la manière de prêcher. L’entre deux est généralement omis ou plutôt laissé aux manuels de théologie.

 

    Il nous faut donc réviser la définition plutôt sociologique cité plus haut en cette étude (1)

------------------------------------------------------------------

(1)   en cette étude, page…

---------------------------------------------------
      L’Eglise est constituée par l’union fraternelle de tous ceux qui professent et vivent activement la Foi orthodoxe, seule conservatrice de l’authentique icône du Christ.

 

 Cette définition sociologique relève plutôt de l’ordre du signe que celui de l’essence.

 

Envisagée de l’intérieur, l’Eglise est bien plus que l’ensemble des croyants qui seraient bien incapables de la constituer par eux-mêmes sans la pierre d’angle qui soutient tout l’édifice. C’est à partir de celle-ci qu’il faut considérer le Mystère de l’Eglise pour en découvrir le vrai visage.

Qu’on se mette au plan de l’individu ou de la société (2), le fondement unique est le Christ.

---------------------------------------------------------------- 

(2)Les « Carnets des Démons », page 1041

-------------------------------------------------------------------

C’est en effet sur Lui seul que repose la Foi, condition de l’appartenance à l’Eglise et principe clé de l’union fraternelle qui s’y manifeste et y est vécue. (3)

--------------------------------------------------------------------

(2)   « Carnet des Frères Karamazov », page 855

  ----------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article