Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

Dostoïevski se fait ici le prophète d’un monachisme intériorisé incorporé au peuple. Tel est peut-être le sens profond du renvoi d’Aliocha dans le monde.

 

 

     -«  Quant à toi, Alexeï, je t’ai souvent béni en pensée à cause de ton visage. Voici mon idée à ton sujet, tu quitteras ces murs, tu séjourneras dans le monde comme un religieux. Tu auras de nombreux adversaires, mais tes ennemis eux-mêmes t’aimeront. La vie t’apportera beaucoup de malheur, mais dans l’infortune tu trouveras la félicité, tu béniras la vie et tu obligeras les autres à la bénir, ce qui est l’essentiel. » (1)

  _______________________________________________

(1)   « Les Frères Karamazov » », page 306. Le métropolite Antoine  Karpovitsky, qui fut au début de ce siècle, un des représentants les plus marquants des jeunes moines russes, reproche à Dostoïevski dans son « commentaire des œuvres de Dostoïevski » (Sofia 1921) « d’avoir commis, sous prétexte de pédagogie, un véritable péché contre la vérité ; en aucun cas, dit-il, le staretz d’un monastère n’enverrait dans le monde un novice ardent tel qu’Aliocha Karamazov (page 151). Léon Zander voit dans cette remarque de l’évêque-moine non seulement les sentiments refoulés d’une paternité manquée, mais surtout une incompréhension totale de la spiritualité dostoïevskienne. Et il cite le regret d’un autre évêque-moine aussi éloigné de l’auteur des « Frères Karamazov » : « Quel dommage que l’humanité n’ait pas une seule tête, je l’aurais couvert d’un Klobouk »

  ___________________________________________________________________

 

Il ya une tentative d’approfondissement de la vocation monastique au-delà de sa forme historique. Le monachisme intériorisé que Fédor Mikhaïlovitch attend audacieusement est quelque chose de tout à fait neuf, puisqu’Aliocha devra non seulement vivre comme un moine dans le monde, mais s’y marier comme tel. (2)

  ___________________________________________________

(2)   « Le staretz m’ordonne de me marier. » - « Les Frères Karamazov », page 200

  ________________________________________________________

Aucun mode de vie particulier ne suffit à « Christifier » le moine.

 

L’exploit du moine, comme l’écrit l’écrivain russe, consiste à se servir de son propre être pour réaliser cette icône vivante du Christ.

 

Paul Evdokimov pense que le « maximalisme » évangélique, lié tout au début de l’Eglise au martyre, puis attaché à la vie monastique, séparée du monde, s’exprimera peut-être désormais également dans le cadre du mariage. Il s’agit d’intérioriser ce pari total pour Dieu en retrouvant la substance sacerdotale de tout l’être humain et en atteignant, même en étant marié, à l’essentiel de la Tradition Monastique : le maximaliste eschatologique et l’attente paradisiaque. » (3)

_____________________________________________________ 

(3)   Paul Evdokimov : « Gogol et Dostoïevski ou la descente aux enfers », page 289-290

  __________________________________________________________

Le monachisme éternel, au-delà de toutes ses formes historiques, se réserve donc pour le grand Jour où, grâce à lui, l’icône du Christ se révèlera en plénitude au sein du Peuple russe (4)

________________________________________

 (4)   « Carnets des Frères Karamazov », page 883-885

__________________________________________

 

 

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article