Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

Fédor Mikhaïlovitch ne s’est pas contenté de décrire différents types de moines, il a étudié le cheminement vers la sainteté à partir de ce « retournement » dont il a été question plus haut.

 

On a reproché à l’écrivain une sorte d’idéalisation de la vie religieuse et des moines d’Optina Poustine ont refusé de reconnaître le starets Ambroise, visité par Dostoïevski et Soloviev, dans le joyeux Zossime.

 

Pourtant le romancier russe a reconnu, nous l’avons vu, le caractère ardu du chemin vers la sainteté (1), mais il affirme plus fermement encore le caractère « soudain », totalement « donné » et "gratuit" de la mutation spirituelle qui transforme radicalement l’âme humaine :

 

(1)     « Les frères Karamazov », page 338 et 344. Cf. cette étude, page

 

     -« Au moment de son extase, nous l’avons dit (2), Aliocha qui s’était prosterné, faible adolescent se relève lutteur solide pour le reste de ses jours. (3)

 

(2)     Cf. cette étude, page…

(3)     « Les Frères Karamazov », page 389

 

Makar, le pèlerin de « l’Adolescent », constate que celui qui prend au sérieux la parole du Christ : « Va et distribue ta richesse et fais-toi le serviteur de tous » acquiert une sagesse plus vitale que livresque, grâce au contact direct avec Dieu. Pour qui fait cette expérience, « la terre resplendit plus que le soleil et il n’existe plus ni chagrin, ni soupir, mais seulement un unique paradis » (4) Le pèlerin de « l’Adolescent » aime parler des ermites et il place

 

(4)     « L’Adolescent », page 418

 

« Le désert » très au-dessus de la « vie errante ».

 

Aux reproches d’égoïsme que fait le jeune Arkadi à ceux qui abandonnent le monde,  Makar répond en défendant le condition du « désert ».

 

     -« D’abord, on a pitié de soi, naturellement (c'est-à-dire au moment où on s’installe « au désert »), ensuite on se réjouit chaque jour davantage et après, enfin, on voit Dieu. Au désert, ajoute le vieillard, on ne risque pas de se soumettre à ce demi-dieu qu’est l’argent, d’oublier « la grande affaire pour s’occuper de la petite. » (5)

 

(5)     « L’Adolescent », page 418

 

 

 

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article