Catégories

Publié par BALCHOY

 

A cet égard, Dostoïevski s’inscrit fans une tradition chrétienne fort ancienne. Ainsi Saint Grégoire de Nysse manifeste en pleine clarté les tendances majeures de l’anthropologie implicite des Pères, même si l’accent mis sur tel ou tel point de doctrine fait parfois de lui un interprète personnel. (1)

(1)    CF. le cours dactylographié du Père Duquoc « Christologie », page 28-30. Nous en résumons les idées essentielles ici

L’intuition première du Père Cappadocien concerne le lien étroit qu’il établit entre l’image de Dieu et la liberté.

     « C’est par la liberté que l’homme est déiforme, car l’indépendance et l’autonomie sont le propre de la Béatitude divine. » (2)

(2)    « De la Création de l’homme ». Pat. Grecque, 44, col. 184 B,S.CC, L.6, page 157

Une si haute liberté qui exclut toute nécessité contraignante dans le champ où elle se déroule exige en outre que soit réalité la « maîtrise de son propre vouloir » (3

(3)    Idem 136/C,  page 94-95.

L’adhésion à la  doctrine de Grégoire de Nysse  n’est pas sans conséquence dans l’œuvre du grand romancier russe qui aurait volonté signé ces lignes de Grégoire :

 

     « La vertu est une chose sans maître et spontanée (4) …Si quelque nécessité dirigeait la vie humaine, l’image sur ce point serait mensongère, étant altérée par un élément différent du modèle… Comment nommer image de la nature souverain ce qui serait assujetti et asservi à des nécessités ? Ce qui a été fait en tous points à l’image de la Divinité devrait assurément posséder dans sa nature une volonté libre (5) et indépendante de façon que la participation aux biens divins fût le prix de la vertu (6)… Ce caractère royal qui élève l’homme bien au-dessus des conditions privées, l’âme spontanément le manifeste par son autonomie et son indépendance. (7). Aux seuls êtres inanimés et privés de raison, il appartient de se laisser mener par une volonté étrangère. La nature raisonnable et pensante au contraire, si elle met de côté  la liberté perd du même coup le privilège de la pensée. Quel usage fera-t-elle de la raison si le pouvoir de choisir à son gré dépend d’un autre ? »

(4   (4)Idem 4R4/184 B et S.C. n° 6, page 1237

(5   (5) Soit l’équivalent exact de la « svabodnaia volia » (liberté libre)

(6   (6) Discours catéchétique, PG 45, col. 34 CD

(7  (7) Idem 44/136, « De la Création de l’homme

 


Y

     Yvan Balchoy

 y  yvanbalchoy13@gmail.com

     http://poete-action.ultim-blog.com

h

y


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article