Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

La Foi s’alimente évidemment aux deux sources qui actualisent chacune à sa façon l’image du Christ au sein du peuple chrétien, le sacerdoce hiérarchique et la vie monastique, dont il a déjà été question en cette étude.

L’image du Christ nous est particulièrement transmise, pense-t-il par l’exemple et la vie des saints qui la portent en eux et la « gardent en toute sa pureté divine (1) l’ayant reçue des Pères, apôtres et martyrs » et l’incarnation aux différentes époques. (2)

-----------------------------------------------------------

On sait que c’est là pour notre auteur le grand privilège de l’orthodoxie et plus spécialement du peuple russe

« Les Frères Karamazov » page 336

Un exemple nous est fourni par l’écrivain : la force persuasive de la sainteté du staretz Zosime face à l’incroyance d’Yvan Karamazov.

Un correspondant, Pobedonnostsev, profondément ébranlé par les arguments du frère athée lui demande des explications. Le romancier ne dut pas trop s’étonner puisque, dans une lettre antérieure, il entend « réfuter avec crainte et tremblement » les blasphèmes d’Yvan. (3)

CF la lettre du 24 août 1879 et celle du 10 mai 1879

Il avoue cependant que le « frère instruit » y développe une thèse irréfutable : l’ineptie des souffrances imposées aux enfants prouve l’absurdité de la réalité historique. A première vue, le romancier se contredit ici formellement.

Prêtons l’attention aux mots « réalité historique » car ils nous livrent sans doute la clé de cette énigme. Logiquement parlant, l’argumentation d’Yvan est sans doute irréfutable. Le domaine de l’histoire ici signifie le domaine terrestre et visible. A ce niveau Fédor Mikhaïlovitch n’entend pas faire objection à Yvan, mais il veut dépasser la vérité raisonnante pour atteindre le vrai absolu. 

 

 

 

yvanbalchoy13@gmail.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article