Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY



En recherchant comment parvenir effectivement à cette maîtrise de soi, sa pensée s'oriente progressivement vers le Christianisme et plus particulièrement vers l'expérience monastique.

L'institution des startsy, note-t-il dans les "Frères Karamazov", a pour but d'aider le religieux, après un long stage, à se vaincre lui-même, à se dominer au point d'atteindre après avoir obéi toute sa vie à la liberté parfaite, c'est à dire à la liberté vis à vis de soi-même.(1) Ce moyen éprouvé et déjà millénaire de régénération morale fait passer l'homme de l'esclavage à la liberté en le perfectionnant.

------------------------------------------
(1) Les "Frères Karamazov", page 26-27
------------------------------------------
Dostoïevski cite comme effet de cette soumission totale au staretz, l'accroissement de l'humilité et de l'empire sur soi-même, secret d'une plus grande liberté. Celle-ci n'a donc rien à voir avec la licence morale qui assujettit l'homme au plus honteux des esclavages ni avec cette fausse sécurité que procure l'argent ; et l'écrivain de donner la parole à ses adversaires :

     -"Si j'ai de l'argent, cela signifie que je peux faire tout ce que bon me semble ; si j'ai de l'argent, cela veut dire que je ne sombrerai pas et n'irai pas demander aide : or, ne demander aide à personne est la plus haute preuve de liberté. (2)

-----------------------------------------------
(2) "Journal d'un écrivain", fév. 1877,  tome III de l'édition russe, page 79.
----------------------------------------------------

Non, corrige Fédor Mikhaïlovitch, ce n'est pas là être libre ; bien au contraire, c'est être esclave de l'argent. La plus grande preuve de liberté - ici l'influence chrétienne se fait évidente. - "c'est de ne pas enfouir son trésor, de ne pas se garantir par l'argent, mais de distribuer aux autres ce qu'on possède et d'aller servir." (3)

--------------------------------------------------------
(3) "Journal d'un écrivain", fév. 1877, tome III, éd. russe, page 79
--------------------------------------------------------

La vraie liberté s'acquiert donc dans le sillage de l'Evangile ; ce n'est pas tout,  elle est aussi la voie qui mène à Dieu, comme le suggère un des "carnets des démons" :

     -"Dieu et le Royaume de Dieu sont en nous dans la maîtrise de soi
et la liberté est là aussi. (4)

---------------------------------------------------
(4) "Carnet des démons", page 820
-------------------------------------------------------




Yvan Balchoy
balchoyyvan13@hotmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article