Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY





Par-dessus l'horizon aux collines brunies,
Le soleil, cette fleur des splendeurs infinies,
Se penchait sur la terre
à l'heure du couchant ;
Une humble marguerite, éclose au bord d'un
champ,
Sur un mur gris, croulant parmi l'avoine folle,
Blanche épanouissait sa candide auréole ;
Et la petite fleur, par-dessus le vieux mur,
Regardait fixement, dans l'éternel azur,
Le grand astre épanchant sa lumière
immortelle.
« Et, moi, j'ai des rayons aussi ! » lui disait-elle.



Victor Hugo
Les Contemplations
Granville, juillet 1836


http://bdemauge.free.fr/litterature/hugo.pdf

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article