Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Je vous transmets souvent avec plaisir  des articles- témoignages transmis par l'ami Xarlo, chantre du pays Basque et de lutte pour EXISTER.

Aujourd'hui, je suis heureux de vous communiquer  ce témoignage lié au drame injuste dont souffre en Espagne et en France ce peuple chantre de sa liberté.

 

02/11/2013
J’ai 67 ans. Ces derniers 50 ans, j’ai vécu l’une des périodes les plus sombres qu’ait connue mon peuple à cause des États espagnol et français, en particulier celle du franquisme au Pays Basque Sud. J’ai été torturé trois fois, la dernière en 2002. Je suis, en fait, l’une des quelque 7 000 personnes torturées ces derniers 50 ans. C’est pour cette raison-là que j’ai décidé de m’installer au Pays Basque Nord, car ni mon esprit ni mon corps ne supporteraient d’être torturé une quatrième fois. Je dois aussi préciser que, pendant toutes ces années, j’ai vu revivre notre peuple qui se trouvait voué à la disparition et que moi-même j’ai été acteur de cette résurgence (revirement) politique, culturelle et sociale. Néanmoins, notre peuple n’est pas encore parvenu à être souverain.
Il y a deux ans, deux événements majeurs qui ont amené d’importants changements se sont produits. Le premier est la conférence d’Aiete et le second l’arrêt de la lutte armée de la part d’Euskadi ta Askatasuna (ETA). Lors de la conférence d’Aiete, avec l’ex-président de l’ONU Kofi Annan en tête, de nombreuses personnalités du monde entier ont établi, devant des acteurs politiques et sociaux de tout Euskal Herria, une feuille de route destinée à surmonter, une fois pour toutes, le conflit politique armé et à instaurer les conditions pour que le Pays Basque puisse parcourir son propre chemin.
Malheureusement, force est de constater que, seule, Euskadi ta Askatasuna a tenu parole à 100 %.
Devant l’attitude négative des deux États, nous, Collectif des exilés-ées politiques basques (CEPB), avons décidé, comme beaucoup d’autres l’avaient déjà fait au Pays Basque, que nous aussi devions nous activer afin que le processus de paix puisse se développer. Dans ce but, le 15 juin, nous avons présenté, d’abord aux acteurs politiques, sociaux et culturels, et ensuite publiquement, notre proposition, notre feuille de route, qui va dans le même sens que celle de la conférence d’Aiete.
Cependant, au lieu d’accueillir positivement la proposition constructive du CEPB, les deux États ont répondu par un nouveau coup répressif. Après une campagne médiatique très agressive, trois exilés basques avons été arrêtés et jugés. Le mandat d’arrêt européen a été refusé pour deux d’entre eux. Ces deux camarades ont été sciemment utilisés pour donner une image d’impartialité car l’objectif réel de ces parodies de procès n’est autre que de se servir du mandat d’arrêt européen pour faire obstacle à la feuille de route du CEPB. IL EST ÉVIDENT QU’IL S’AGIT D’UN PROCÈS POLITIQUE.
Devant cette situation, différentes personnalités institutionnelles et politiques, ainsi que des mouvements sociaux et des personnes référentielles du monde culturel, ont émis le besoin de répondre avec une attitude d’insoumission et de désobéissance pour, ainsi, socialiser la proposition du CEPB et qu’elle puisse être défendue par la société elle-même. Autrement dit, pour que, malgré l’attitude de deux États, le processus démocratique puisse être mené jusqu’au bout.
Encouragé par l’attitude responsable et digne d’admiration de ces acteurs, j’ai décidé de choisir l’insoumission puisque, étant l’un des porte-parole du CEPB, mon engagement est de continuer à travailler jusqu’à ce que le dernier des exilés et déportés puissions vivre au Pays Basque en liberté.
Tout au long de l’histoire, beaucoup de belles paroles ont loué la générosité d’Euskal Herria. À titre d’exemple, nombreux historiens ont raconté ce passage : “Au printemps 1945, une brigade basque prend part à la bataille pour la libération des ports de l’Atlantique. De Gaulle la félicite à Bordeaux : il embrasse le drapeau basque, en disant : ‘La France n’oubliera jamais ce que les Basques ont fait pour elle’.”
Je veux souligner que seul le peuple donne du contenu aux belles paroles. Le peuple est le pilier et la garantie pour qu’Euskal Herria puisse aller de l’avant. C’est pourquoi j’appelle tous les citoyens et citoyennes à rester mobilisés afin que nous atteignions la véritable paix si nécessaire et si désirée. LE PEUPLE EST NOTRE SOUFFLE ET NOTRE CAUSE.
Pour finir, je ne peux pas trouver les mots pour décrire la chaleur, la solidarité et le soutien que j’ai reçus de la part de mes voisins et concitoyens. Esker mila et bon courage à tous et à toutes."

 

 Jokin Arnalde

 

 

 

yvanbalchoy13@gmail.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article