Catégories

Publié par BALCHOY

JACQUES VERGES L'AMI DE LA JUSTICE DANS SON VECU ET SA PROFESSION TIRE SA REVERENCE. (REEDITION)

 

 

 

Jacques Vergès vient de nous quitter. Certes, cet homme courageux et énigmatique n’avait pas que des amis. Un article ignoble en témoigne, venu, ça ne m’étonne pas de Jérusalem, cette ville volée par des colons qui ressemblent moralement  comme deux gouttes d’eau à ceux que Vergés a combattus en Algérie.


Pauline Rovna,  journaliste sioniste,  le situe au côté de Roger Garaudy, Stéphan Hessel, Arafat qui sont des hommes que j’admire et d’Hussein, un dictateur criminel certes mais guère pire que les incapables mis au pouvoir par les Américains à Bagdad.


J’admire l’engagement tout au long de sa vie de Jacques Verges, de l’Algérie à la Palestine il a embrassé beaucoup de combats que j’aurais voulus faire miens et dont j’assume la défense aujourd’hui.

Il fut président des étudiants coloniaux, membre du Parti communiste et soutint le lutte du FPLP contre le sionisme, engagements que non seulement je comprends mais auxquels j’adhère.

 

 

Fier plutôt qu’orgueilleux il fut aussi discret sur ce qu’il a fait de sa vie pendant les années où il disparut de la « circulation mondaine ».

 

"Je ne suis ni humble, ni orgueilleux. Je suis simplement fier."

 

 

 

Bref les causes où Vergès s’engagea personnellement sont des causes d’honneur et de liberté, n’en déplaise à Madame Rovna, aveugle devant les crimes et les tares de sa colonie mais implacable devant un homme qui a osé reprocher au Sionisme ses sales activités…  Elle me semble "extrêmiste" d'autres terrorismes qu'elle ne dénonce pas.

 

En revanche, Verges a pris toujours au sérieux son métier et il a accepté de défendre des hommes que manifestement il n’aurait pas suivi dans l’action.


Certains le lui reprochent tout en reconnaissant que tout criminel a droit à un avocat. Faudrait-il donc lorsque l’individu est taré que son défenseur ne fasse que semblant de le défendre comme c’est le cas dans beaucoup de dictatures de gauche ou de droite.

 

Oui Vergès a défendu des héros comme les révolutionnaires Algériens, des patriotes révolutionnaires comme Georges Ibrahim Abdallah,  Laurent Gbagbo devenu l’homme à abattre par la France désireuse de le remplacer par Ouattara, un coopèrent docile à l’occident.


Il était prêt à défendre Kadhafi, l’invité d’humeur  de Sarkozy un 14 juillet que ce même lâche président avec son ministre des Affaires étrangères ont pratiquement condamné à mort en refusant de l’arrêter en le protégeant dans sa fuite ce qui revenait à le livrer à ses pires ennemis qui allaient le faire taire pour toujours, ce qui était sans doute de l’intérêt du président français et de ses alliés.


Il n’hésita pas à défendre des causes sûrement plus équivoques comme celles de Carlos, pour lesquelles il éprouvait peut-être un brin de sympathie et des membres de l’extrême gauche européenne.

Mais il accepta aussi de défendre aussi des criminels avérés comme Hussein, des leaders des Kmers rouges et surtout le sinistre Barbie. A ce propos, il est intéressant de l’écouter lui-même :

 

Je ne suis pas l’avocat de la terreur, mais l’avocat des terroristes. Hippocrate disait : "Je ne soigne pas la maladie, je soigne le malade". C’est pour vous dire que je ne défends pas le crime mais la personne qui l’a commis."

 

""Pour défendre Barbie, j'ai dit aux accusateurs: 'Ce que vous lui reprochez, vous l'avez fait vous-même sous la colonisation. Alors, à quel titre vous permettez-vous de le juger ?'".

 

 

 

 

"Serais-je prêt à défendre Hitler ? Bien sûr ! Et même George W. Bush. Je suis prêt à défendre tout le monde à condition qu’ils plaident coupables."  

 


Pour toutes ces raisons, que je consens à reconnaître parfois équivoques comme cet homme exceptionnel  pour qui le sens de la justice ne fut jamais un mot anodin, je me sens en deuil  de ce grand avocat comme je le fus du regretté Garaudy et surtout de ce grand juif, qui, lui, fait honneur à son peuple que fut Stéphan Hessel.

 

A propos des personnes que Jacques Vergès a défendu Pauline,  Rovna ose parler des pires pourritures de l’humanité en oubliant que c désignere qualificatif peut désigner pas mal de personnalité israéliennes comme le sinistre Sharon, Begin malgré son prix Nobel qui, pour imiter Josué fit tuer femmes et enfants du village de Deir Yassin.

 


L’article nécrologique de cette journaliste sioniste me semble ignoble comme la cause qu’elle défend.


Jacques Vergés, au terme de sa longue vie, bien remplie, s’est parfois sali les mains pour des causes qu’ils estimait justes.

 

Il restera dans ma mémoire un homme dont je me sens souvent proche et que j’admire.

 

 

 

http://jssnews.com/2013/08/16/verges-rejoint-hessel-garaudy-hussein-et-arafat-manque-encore-quelques-allumes-et-lenfer-sera-complet/

 

 

 

http://www.dhnet.be/actu/monde/jacques-verges-en-dix-citations-520e8e9635708f18276ce33c

 

 

 

yvanbalchoy13@gmail.com

Commenter cet article