Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

Pour Claude LEVI-STRAUSS, un des représentants principaux du courant structuraliste actuel, la religion est une des expressions historiques du structuralisme actuel, elle est une des expressions historiques de la pensée conceptuelle, une des réponses possibles à des problèmes d’ordre intellectuel.

 

Claude LEVI-STRAUSS insiste donc sur les dépendances structurales de la religion. S’il refuse de privilégier les religions par rapport aux autres valeurs humaines, il entend néanmoins utiliser une autre voix d’approche « affective » pour aborder les phénomènes religieux.

 

Il espère ainsi concilier les deux points de vue de la Science et de la Foi en tentant de faire revivre les religions anciennes avec le plus de sympathie possible.

 

Il pose ainsi un n problème capital que nous aurons à élucider : Peut-on étudier une religion du dehors ? Comment, si l’on est croyant, rester objectif dans l’analyse ?

 

C) Phénoménologie de la Religion.

 

La phénoménologie, dit Jean François LYOTARD, (2) signifie originellement l’étude des phénomènes, c'est-à-dire de cela qui apparaît à la conscience.

 

Cette science tend à décrire certains faits ou plutôt phénomènes en tentant d’appréhender leur « intentionnalité ».

 

Dans la phénoménologie de la Religion, on part d’une compréhension intérieure des structures et de leurs significations, on appréhende la réalité vécue, la signification véritable qui est sous-jacente à ces structures ?

 

Le phénoménologue religieux tâche de faire revivre avec le plus de sympathie possible les expériences religieuses particulières, sans parvenir cependant à coïncider parfaitement avec le vécu.

 

Il s’agit d’analyser l’intentionnalité d’un acte, d’un rite, d’une cérémonie, c'est-à-dire la manière dont il est senti et pensé par celui qui le vit en le restituant dans le contexte dans lequel il est apparu.

 

Nous nous refusons à enfermer les phénomènes religieux en une sorte de ghetto, où ils seraient isolés des autres phénomènes humains et sans commune nature avec eux. On s’aperçoit en effet que chacune des questions posées s’insère fort bien dans des ensembles plus vastes et non spécifiques (ainsi les problèmes posés par l’extase et la prière renvoient aux problèmes de la communication).

 

(2) Jean –François Lyotard : la phénoménologie, col. « Que sais-je », numéro 625

 

 

 


 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http:poete-action.ultim-blog.com

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article