Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

b) La doctrine

 

Bouddha ne laisse après lui aucun catéchisme. En 477 avant Jésus-Christ, se réunit un premier concile bouddhique qui met en ordre son enseignement. Le Bouddhisme dès lors évolue selon deux formes :

 

-         une philosophie non religieuse vécue (art de vivre de    Bouddha)

-         Un Bouddhisme plus spéculatif et plus religieux

 

La doctrine de la Bonne Loi représente une sorte de voix moyenne qui repose sur quatre vérités :

 

-         Réalité de toutes les douleurs qui proviennent des désirs insatisfaits (ceci est à l’opposé du Brahmanisme védique qui recherche un sens positif à l’existence)

-         L’origine de la douleur c’est la soif, le désir d’exister ou de ne pas exister.

-         Réalité de la cessation des douleurs par arrêt des trois causes de ces douleurs : le désir, la violence, l’ignorance ; le bouddhisme ne pousse pas au non-agir mais à une notion commandée par le détachement.

-         Réalité du chemin vers la cessation des douleurs.

 

A sa mort, le saint atteint « l’extinction » (Nirvana), mais pas encore l’éveil. Il faut plusieurs existences sanctifiées pour devenir « bouddha ».

 

A propos de l’origine de la douleur, le Bouddhisme précise un enchaînement de causes à effets. L’ignorance entraîne la formation d’à priori mentaux, qui engendre la conscience, qui engendre la personnalité, qui engendre les sens, qui engendre les contacts, qui engendre les sensations, qui engendre les désirs, qui engendrent la possession (par ex. sexuelle), qui engendre l’existence, qui engendre la vieillesse et la mort, qui engendre une nouvelle naissance, qui engendre l’ignorance…et le cycle continue…

 

 

c)   Évolution du Bouddhisme

 

Il existe plusieurs courants :

 

-         HIMAYAMA : (Petit véhicule). C’est la forme la plus ancienne, la moins évoluée. On la trouve à Ceylan, en Birmanie, au Siam, en partie au Vietnam, au Cambodge ; cette tendance est plus conservatrice et athée.

 

-     MAHAYAMA (Grand véhicule). Le Bouddhisme devient une religion proprement dite ; Bouddha est quasiment  déifié. Devenu une religion de salut, le Bouddhisme du Mahayama prône une délivrance plus ascétique que celle du Bouddhisme traditionnel. La méditation est maintenue mais les Bodhisttava (personnages en voie de devenir Bouddha) jouent le rôle d’intercesseur. On trouve le Mahayama en Corée, au Japon, où une des formes les plus évoluées, quelque peu pénétrée d’hégélianisme, est le mouvement « ZEN »

 

 

 

 

 

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article