Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

3) INDOUISME

 

Il est né d’une adaptation populaire du Brahmanisme. D’innombrables écrits en précisent la mythologie et le culte. Essentiellement, l’Indouisme est la religion de « TRIMURTI », c'est-à-dire de la triade de BRAHMA qui crée, de VISHNOU qui maintient et de CIVA (phallus) qui détruit.

 

Les prêtres sont les « GURU » (maître spirituel). Le culte, la vie religieuse sont imprégnés de vénération pour les divinités ou héros comme KRISHNA et Rama (cf. l’épopée de la Ramayana)  L'ascétisme est souvent spectaculaire. Cf. les fakirs qui n’hésitent pas parfois à se faire écraser…-

 

Mais au-dessus de l’ascétisme, il faut situer le BHAKTI (Amour, don de soi confiant à Dieu)

 

La crainte de la souillure (morale et physique à la fois) par contact, explique bien des comportements de l’Indouiste. (Actes de purification : bains, cendres, pèlerinage). L’incinération des morts est due à l’idée d’impureté qui s’attache au sang et au cadavre. Seuls de grands yogins (devenus donc un avec l’UN) peuvent être enterrés, parce que sans souillure.

 

L’Indouisme n’adore pas la « nature ». Le culte est essentiellement symbolique. Les dieux habitent les montagnes ; le Gange et les rivières qui vont à la mer sont sacrées parce qu’ils sont descendus du ciel pour combler un gouffre, le golfe du Bengale. Les animaux sont soumis comme les humains à la loi du « KARMA ». Contrairement à ce que l’on dit souvent, la vache n’est pas l’objet d’un culte, elle est « sacrée » en tant que symbole de fécondité par son lait. En revanche le serpent est vraiment vénéré.

 

 

4)      BOUDDHISME

 

a)      La vie de Bouddha.

 

Bouddha= « SAKYA MUNI «, l’Eveillé serait né en 558 avant notre ère. Sa mère, Maya le conçoit miraculeusement ; dans son rêve, elle aperçoit un éléphanteau en son sein. Un oracle prédit que l’enfant sera roi, si la vue du mal et des souffrances lui est épargnée ; en revanche, s’il prend conscience de l’existence des maladies, de la vieillesse et de la mort, il deviendra un moine. Aussi son père lui donne-t-il une éducation agréable, mais sans aucun contact avec l’extérieur.

 

Le jeune Sakya Muni se marie et mène une vie normale. Un jour cependant, il réussit à quitter le palais paternel et il rencontre un vieillard, un lépreux ainsi qu’un enterrement. En face de la douleur humaine, le jeune Sakya Muni – il à 29 ans - décide de « quitter sa patrie pour être sans patrie ».

 

Pendant six ans, il cherche la voie du Salut. Il suit l’enseignement de quantité de maîtres spirituels, en quête de la Délivrance totale, mais il n’est pas satisfait par leur enseignement. Avec quelques compagnons, il mène une existence pénitente, sans pour autant accéder au repos intérieur.

 

Alors il renonce aux macérations, et seul, abandonné par ses compagnons comme un renégat, il s’abîme dans une contemplation silencieuse. Une nuit, assis dans la posture du Lotus, sous un figuier, devenu plus tard l’arbre très saint du BODHI, il brise ses chaînes, acquiert la connaissance libératrice et devient un BOUDDHA.

 

Il prend alors conscience de ses existences antérieures et découvre le bonne LOI.

 

     -« Sans trêve, j’ai parcouru le cycle des nombreuses naissances à la recherche de l’architecte de la maison (c'est à dire la cause de la renaissance.) Mauvaise est la re-naissance éternelle ! Architecte de la maison, tu es découvert !  Tu ne construiras plus de maison. Tes poutres sont brisées et le toit de la maison est détruit. Mon cœur devenu libre a aboli tous désirs. »

 

 

 

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article