Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

De LAO-TSEU et CONFUCIUS ( KONG-TSEU) vont naître deux courants religieux :

 

a)      Le Confucianisme : C’est une religion dominée par le culte de l’empereur, considéré comme fils du ciel, puis de la terre. Les acètes y occupent une grande place.

 

B) Le Taoïsme : Ce n’est pas à proprement parler la religion de LAO-TSEU ; si on y trouve un effort important pour restituer le Théisme à la religion chinoise, les résultats sont décevants car le Taoïsme sombre souvent dans la magie. Si en effet, il est question de se rendre dépendant du « Maître du ciel » ; c’est souvent par une sorte de gymnastique mystique, tenant lieu de sentiments du cœur.

 

On peut donc noter que la Religion chinoise se situe plutôt à l’opposé des sanglantes cosmobiologies sud américaines, sans être pour autant une authentique religion théiste, même si la Divinité est reconnue comme la Loi et l’ordre du monde.

 

Quant à la grande religion chinoise contemporaine (avec toute l’incertitude de sa rencontre avec le marxisme), c’est un syncrétisme entre le Confucianisme, le Taoïsme et le Bouddhisme.

 

 

B) RELIGIONS DU JAPON

 

La religion primitive du Japon est une religion naturelle (Divinisation des forces et des objets de la nature) On y retrouve la crainte des ancêtres propre à l’animisme, mais cette s’infléchit peu à peu vers le respect sous l’influence du Confucianisme.

 

Les Japonais sont plutôt indifférents au surnaturel. Le Shintoïsme (SHINTO = La voie des dieux) est une sorte de morale de civilisation dont le saint et le chevalier (Bushido) sont les héros.

 

Le Boudhisme va influencer cette religion nationale ; on trouve souvent des « oratoires » dans la maison Japonaise : le coin de Bouddha et celui des Kami ou dieux du pays. Chacun peut devenir en principe « KAMI », s’il évite les impuretés légales (toucher un mort, par exemple)

L’empereur (TENNO), fils de la déesse solaire, doit tout particulièrement éviter toute souillure (en 1945, l’empereur s’est solennellement déclaré un homme comme les autres)

 

Dans les temples, il existe une sorte de « Saint des saints », où Dieu n’est pas figuré, mais représenté par une sorte d’emblème matériel (miroir, sabre). L’émulation avec le Bouddhisme a rendu le culte plus fastueux.

 

La Japon a donc une religion naturelle syncrétiste, assez indifférente au surnaturel. L’essentiel réside dans le culte de l’empereur (aujourd’hui mis en question) et dans une morale raffinée influencée par le Confucianisme. En définitive, le Shintoïsme est davantage une morale, une manière de vivre qu’une religion.

 

 

 

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article