Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

Il n’y a pas de problème du mal, du moins dans le rite mystérique pur. Le monde est fait ainsi. Tout est réel. La mort n’est pas un mal.

 

Ainsi, le caméléon et le lézard se sont mis un jour à courir pour apporter aux hommes le sort que leur réservait l’être suprême. Le lézard, faux ménager est arrivé le premier dans le tambour et c’est pour cela que les hommes meurent.

 

Il n’y a pas de divinité au sens strict mais une entité, l’archétype qui manifeste en lui de façon visible ce qu’il y a de commun à tout le monde. L’unité primordiale a été rompue, mais existe toujours sous la multiplicité apparente et on peut le retrouver dans le cadre du temps mythique.

 

C’est en général dans le contexte de ces célébrations que se situent les mythes ou récits de la création où la « divinité » est mentionnée plutôt comme un moteur plutôt que comme un créateur. Les récits de création se situent tous entre le culte et le pur rappel du passé. (Rare chez les primitifs)

 

Ces récits de la création sont-ils tous des mythes (expression d’une prise de conscience des réalités qui dépassent la raison et que l’homme dès lors ne peut exprimer que sous une forme symbolique) Une réalité sans mythe dans cette perspective, ne peut être religieuse, puisqu'elle exclut l’autre monde.

 

Voici un exemple de ces mythes originaux :

 

     -« Au Commencement, « Celui qui fait la terre » était assis dans l’espace quand il devint conscient de lui-même et que rien d’autre n’existait. Il se mit à penser à ce qu'il pourrait faire et à la fin il se mit à pleurer et les larmes se mirent à couler de ses yeux et à tomber sur lui. Au bout d’un certain temps, il regarda sous lui et vit quelque chose de brillant. Cette chose brillante, c’était les larmes qui avaient formé les eaux actuelles. Quand ses larmes coulèrent, elles devinrent les lacs que nous voyons à présent.

Le Créateur de mit de nouveau à penser. Il pense ceci : C’est ainsi quand je désire quelque chose. Cela se fera comme cela s’est fait, comme cela je le désire, comme mes larmes sont devenues des lacs. Ainsi pensa-t-il. Ainsi il souhaita la lumière et la lumière fut faite. »

 

Un autre mythe assez répandu est celui de la « Vierge-Mère » qui donne naissance à un enfant extraordinaire.

 

Dès que l’animisme s’y intègre, le mystère perd de sa pureté primitive.  Des rites propitiatoires et des prières y apparaissent. La Magie s’oppose le plus directement au Mystère. Elle implique en effet une mentalité de réalisme efficace, qui est à l’antithèse de l’attitude mystérique qui est, elle, une adhésion aux formes de l’existence.

 

La magie n’intervient dans le Mystère que lorsque ce dernier est en décadence. On remarque aussi dans le cas de certains mystères grecs (Dyonisios) un élément culturel qui ne se retrouve jamais dans le Mystère pur qui est « Célébration ».

 

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article