Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

c) Mentalité agraire.

 

L’ambiance est ici totalement animiste  (l’animisme existe bien entendu dans d’autres milieux mais avec moins d’importance.)

 

Les « esprits » pour les civilisations agraires, apparaissent surtout comme une présence qui se manifeste par une certaine activité. L’esprit a une volonté, des caprices, des sentiments : il n’existe, semble-t-il, aucun esprit absolument mauvais. Les esprits sont conçus selon un type humain.

 

Tout le rituel funèbre a pour but de transformer un mort « dangereux » en un « défunt »

 

Les esprits ont encore des besoins biologiques ; ils n’ont plus de sang (Cf. Ulysse aux enfers qui immole une victime pourqu'Achille puisse s’en aller.)

Les esprits, tels des vampires, viennent parfois sucer le sang des vivants pendant la nuit.

Il faut leur offrir du sang. Ils ont aussi soif. On verse de l’eau sur le chemin où ils passent pour qu'ils ne reviennent plus.

 

Pour éviter que les morts ne viennent déranger les vivants, on coupe parfois les pieds, les mains ou la tête du défunt, on le ligote, on l’écrase sous une grosse pierre pour être sûr qu'il restera sur place, corps – et-espère t-on aussi - âme. (D’où certaines mégalithes de l’Inde orientale) ; enfin, moyen plus sûr peut-être, on le brûle, mais c’est plus rare.

 

S’ils ne sont jamais tout à fait mauvais, les esprits sont pourtant envieux, jaloux ; il leur manque tout ce qui fait le bonheur de la vie humaine. On leur offrira donc de la nourriture, des vêtements, des serviteurs, des femmes et surtout du sang.

 

Cette offrande a une double signification : elle fournit aux esprits une force dont ils ont besoin (Animisme), on cherche à agir sur eux grâce à cette force qu’est le sang ou la couleur rouge qui en tient lieu (MAGIE).

 

Chez les Pasteurs d’Afrique, le transfert de l’offrande au défunt se fait par l’intermédiaire des aigles qui dévorent le cadavre. Dans les populations animistes, on croit facilement que les esprits s’emparent de l’âme des choses et laissent la chair aux humains.

 

D’autres enfin sont persuadés qu'il faut détruire un don pour le faire passer dans la sphère de Dieu. Cette croyance est en totale opposition avec la conception théiste primitive.

 

Il a fallu donc passer par la mentalité « animiste » (chez les chasseurs habitués à manipuler les choses de la nature) pour faire accepter l’idée de la mise à mort en vue de faire passer une offrande dans l’au-delà. La mise à mort devient alors le moyen idéal d’offrir aux esprits, c'est-à-dire de « spiritualiser » une offrande.

 

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article