Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

3) RITES DE SANG ET DE MISE A MORT

 

Nous avons vu comment s’est faite l’évolution vers le rite de sang chez les Pasteurs d’Asie centrale.

 

a)      Chez les primitifs.

 

Lorsqu’on ne trouve plus de gibier, on a recours à un rite appelé « Ouverture de la forêt fermée », l’absence de gibier est d’abord attribuée à une infraction au code de la chasse ; ce rite a donc une signification expiatoire. On fait couler le sang d’un animal, on arrose de son sang le chasseur qui parfois y mêle son propre sang ; on arrose les armes. C’est donc une sorte de mélange entre « magie » et « théisme ». Le sang versé rend immédiatement, automatiquement une force magique qui vient du Maître de la chasse.

 

Chez les Négritos AETAS aux Philippines, un orage déclenche une inquiétude et la question : « Qui a péché ? ».

 

Confession et sang vont souvent de pair chez les primitifs ; il semble que la croyance en la Terre-Mère joue également un rôle. En effet, la terre, liée à tant d’éléments cosmiques est considérée comme source de toute existence, surtout dans les milieux agricoles. Les femmes pensent souvent qu’elles sont enceintes par un contact avec le milieu cosmique. De là des légendes, encore parfois actuelles, concernant les enfants apportés par des cigognes, poissons ou grenouilles. On croit que les enfants poussent dans des roches ou des grottes avant de pénétrer magiquement le corps maternel. C’est une des raisons de la crainte que les femmes éprouvaient parfois en pénétrant dans une grotte.

 

On a vu dans cette croyance en la Terre-Mère, soit l’origine du TOTEMISME (parenté de l’homme avec le reste du cosmos) soit l’origine des INITIATIONS (renaissance en relation avec la maternité et la fécondité cosmique)

 

Ce courant n’est plus directement théiste mais plutôt cosmobiologique. Mais ici ces rites à signification à dominante théistes, tant la notion de Dieu est forte chez ces peuples dits primitifs. Le rite sanglant leur vient d’ailleurs et ils y ont intégré la nation d’un Dieu transcendant (Cf. Israël reliant le rite sanglant à la BERITH (Alliance) venant elle-même du Tout Puissant. Le sang en effet a une efficacité par lui-même ; on l’utilise le plus souvent comme une force magique ou animiste ; mais même alors, on découvre un moyen direct ou indirect d’associer Dieu à ce rite qui initialement pourtant était un péché.

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article