Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

Chez les Negritos des Philippines, on laissait un petit morceau de gibier dans la forêt en s’écriant : « Nous laissons cela pour que tu sois généreux en nous donnant la nourriture. » ou bien encore :

« Ceci est à toi. »

 

Tentons d’analyser cette formule caractéristique du rite des prémices :

 

CECI : il ne s’agit pas d’une transaction suffisante ni d’un don même si le morceau prélevé (cœur, nez, poumons) a une valeur significative et ne peut retomber en un usage profane.

 

Pour mieux comprendre ce rite, il faut se rappeler la sorte d’inhibition que les primitifs ressentent devant l’acte de tuer. Tuant de

leurs mains, ils ressentaient physiquement l’interdiction de supprimer la vie sans nécessité.

Chez les Fuégiens (Terre de Feu), on a relevé cette confession bien typique : « Je n’ai tué personne, j’ai bien tué quelques animaux mais uniquement pour manger. »

 

Chez les Mayas, le nombre maximum de proies à tuer pour chaque expédition est déterminé avant le départ. Tuer inutilement ou laisser se perdre un animal tué, c’est commettre une faute.

 

Le morceau de viande, s’il n’est pas des plus comestibles, est souvent tiré d’un organe vital. Il symbolise en effet la VIE.

Le primitif capturant un animal et le tuant pour le manger, pour vivre, veut marquer par un geste sensible qu’il ne veut pas s’approprier la vie de ses victimes, parce que celle-ci appartient au Maître des animaux qui est souvent une substitution du Dieu céleste.

 

Le rite accompagnant ces mots, veut manifester à Dieu que l’homme reconnaît que ce qu’il dépose n’est au fond qu’une restitution à Celui qui est maître de toute vie. L’homme ne donne rien ni ne consacre rien. Il ne fait qu’exprimer une certaine représentation intérieure qu’il a en lui et qu’il signifie par un geste. Il n’a pas de vrai droit sur cette chose, tout particulièrement sur sa vie.

 

Les Winnipegs (Amérique du Nord) ont un mythe originel qui précise le sens des Prémices.

 

« Au début, le Créateur est assis sur l’espace. Il prend un jour conscience de lui-même et les choses existent. Il crée l’océan primordial. Il parle pour la première fois. Il crée les quatre hommes primordiaux, les gardiens des quatre points cardinaux. Il leur dit : « Regardez en bas sur la terre ; voici ce que je vais envoyer avec vous. Et il leur donne le feu. Il leur donne une plante, le tabac. "Lorsque vous offrez quelque chose, offrez-le au Grand Père (le feu).

 

Ils arrivent sur la terre et disent : « Laissons le feu, notre Grand Père, donner les prémices. » En disant cela, ils coupent un morceau de leur langue et de leur cœur et le jettent dans le feu. Ils donnent ensuite leur nom aux animaux. Ils font un repas, prennent du tabac et le jettent dans le feu. Ils offrent ainsi les prémices de leur propre vie avant d’en prendre possession. »

 

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article