Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

 

CHAPITRE IV :   EVOLUTION DES RELIGIONS

 

a)      Évolution et mort des religions

 

 

Nous avons parlé de l’origine historique, psychologique et ontologique des religions : nous avons vu que les religions évoluaient en agissant les unes sur les autres. Il y en a aussi qui disparaissent,

 

-         en même temps qu’un peuple, une culture donnée.

-         parce que certaines découvertes les rendent in utiles.

-         Sous la pression des peuples conquérants qui forcent à adopter leur religion.

 

Selon Marx, les modifications religieuses proviennent des relations sociales. Il distingue :

 

1)      Les religions de la nature ; il existe un conditionnement très grand entre l’homme et la société.

2)      Dans les sociétés esclavagistes, telles que l’Empire Romain, la société est divisée en hommes libres et esclaves, des religions surgissent qui, en appelant à la fraternité universelle, constituent une première protestation contre les injustices sociales. Ainsi le Christianisme.

3)      Au Moyen-âge, le Christianisme devient religion d’état et devient solidaire des puissants de l’état. Il tente une sorte de construction sur la terre, de l’idée qu’il se fait de la vie céleste et ainsi le Christianisme, initialement cri contre les injustices devient une aliénation.

4)      Dans la société capitaliste, le Christianisme est devenu incapable de servir plus longtemps de manteau idéologique aux ambitions de la classe montante : il est de plus en plus le monopole des classes dirigeantes. Chaque classe utilise la religion à son intérêt.

 

« Lorsque les hommes réels, pense Marx, accepteront de vivre dans un mon de réel, ils transformeront leurs conditions de vie. D’où il faut les débarrasser des chimères, idées, dogmes, vaines illusions sous le joug desquelles ils dépérissent. Ce n’est pas, en fuyant la misère, c’est en la combattant et en la faisant disparaître. Dans un monde sans classe, il n’y aura plus de religion…Les ouvriers en ont fini avec Dieu.

 

b)      Crise actuelle de la religion.

 

Nous vivons dans un monde où tout évalue, à une vitesse accélérée, où tout semble craquer, la société, les principes d’éducation, la morale, l’université – et la Religion ne fait pas exception.

 

Aujourd’hui, la Foi est mise en contestation un peu partout et le chrétien est interpellé de multiples manières. Les hommes ne se demandent plus comme jadis : « Où est la véritable Eglise ? », mais « une Eglise, une religion et même un Dieu, pour quoi faire ?

 

Nous avons appris à nous suffire à nous-mêmes et à nous débrouiller avec nos propres moyens »

 

Nous aurions tort cependant de nous croire en présence d’un phénomène tout récent ; pour comprendre la crise actuelle, il faut remonter jusqu’à la naissance de la chrétienté médiévale, à cette synthèse brillante sous certains égards, mais ambiguë, qui se réalise entre l’Eglise et la Société civile.

 

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article