Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

CHAPITRE III DIMENSION EXIXTENTIELLE DE LA RELIGION.

 

a)      Prophétisme

 

 

Tout rituel en soi est dangereux. Il risque facilement de se figer et de favoriser ainsi un certain formalisme. S’il n’accepte pas sans cesse une confrontation loyale avec le courant du prophétisme qui lui rappelle la signification réelle du rite et sa relation avec les autres valeurs vitales, il devient répétition mécanique, sans participation réelle des facultés affectives.

 

Il est vrai qu’une religion qui se passerait totalement de rituel sombrerait inévitablement dans une sentimentalité mièvre et une subjectivité ambiguë.

 

En fait, prêtre et prophète sont faits pour s’entendre. Le sacerdoce institutionnel est plutôt tourné vers le passé salvifique qu’il s’efforce de resituer dans le présent par le culte rituel.

 

On peut donc dire que le courant sacerdotal a pour mission de maintenir l’orthodoxie avec la Tradition religieuse et qu’il rejoint Dieu en revivant rituellement l’évènement où il s’est manifesté.

 

Le prophète veut, lui aussi, révéler la volonté de Dieu, mais il le rejoint en quelque sorte en se hissant au niveau de l’Eternité divine qui surplombe notre temps à nous.

 

C’est évidemment le même Dieu, toujours fidèle à Lui-même, que révèlent prêtres et prophètes, mais chacun à leur façon. Le Dieu « vivant » rejoint en quelque sort le Dieu « fidèle » pour présenter aux fidèles le Salut unique. Les différentes catégories d’hommes spirituels ne sont d’ailleurs pas antithétiques, bien au contraire et la sainteté, par exemple, est en même temps le fait des thaumaturges et des prophètes ; il n’est pas rare non plus que les prêtres et les mystiques acquièrent cette qualité ; bien entendu un prophète peut aussi être thaumaturge.

 

Le prophète n’est pas nécessairement le devin de Dieu, c’est avant tout le porte-parole de la Parole divine. La Révélation qui lui est accordée ne le concerne personnellement que rarement. Il a à transmettre le contenu de la Révélation qui consiste souvent en l’institution d’un nouveau lieu de culte et d’une nouvelle forme de culte ; souvent également le prophète rappelle le peuple à une intériorisation d’une religion devenue purement formelle.

 

 

B) Miracle et merveilleux

 

Il convient de distinguer le miracle de l’apparition. Le miracle n’est pas seulement une atteinte apparente à l’ordre naturel cosmique, c’est avant tout une manifestation de la toute-puissance du sacré, servant à authentifier une révélation, la sainteté d’un prophète etc.…

 

On peut distinguer le miracle qui veut provoquer la foi et celui qui est plutôt fruit de la foi.

 

Ainsi le Christ, dans l’Evangile, refuse plus d’une fois d’accorder un miracle, quand on en fait la condition même de la foi ; en revanche il l’accorde sans hésiter dès qu’il rencontre une confiance exceptionnelle en sa personne. Saint Jean précise même que les miracles du Christ sont des « signes » qui nous révèlent en profondeur le sens de sa Mission.

 

Les apparitions ont évidemment un caractère miraculeux, car elles sont une matérialisation personnalisée du sacré, l’incarnation d’un esprit ou la réincarnation d’un mort, toutes choses qui rompent l’ordre de la nature.

 

Les apparitions sont rarement muettes et la Parole de Dieu s’exprime par la bouche du personnage qui le représente.

 

Quand le dieu se manifeste lui-même, ce peut être une grâce qu’il accorde à un saint – en ce sens, il revêt un aspect familier au bénéficiaire de l’apparition – ou bien ce peut être pour foudroyer un sacrilège et alors il s’entoure de tout l’arsenal traditionnel de terreur, lui-même pouvant prendre des formes monstrueuses.

 

Il peut aussi envoyer l’un de ses saints, l’un de ses élus ou l’un de ses esprits pour lequel le fidèle aurait une vénération particulière.

 

La matérialisation d’une puissance supérieure engendre une crainte respectueuse chez le fidèle, mais, en se rendant plus accessible, elle fait naître en lui des sentiments de reconnaissance et stimule ainsi son zèle envers elle. (Cf. M. Petit, ouvrage cité, page 62-63)

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article