Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

Rôle du ritualisme et du langage.

 

 

L’homme ne peut rien exprimer sans le corporel, sans le geste et le langage qui lui donne sens.

 

« Le rite, dit Cazenzeuve, c’est un acte qui peut être individuel ou collectif, mais qui toujours, lors même qu’il est assez souple pour comporter une marge d’improvisation, reste fidèle à certaines règles, qui constituent lentement ce qu’il y a en lui de rituel. »

 

E qui distingue le rite à la fois de l’acte magique et de l’acte religieux, qui tous deux pourtant peuvent s’identifier à lui, c’est la répétition et le caractère social.

 

-         La rentrée du Parlement est un rite.

-         Un geste d’adoration purement individuel n’en n’est pas un.

 

Le langage est symbolique. Il vient nécessairement se superposer aux symboles. Tous deux sont nécessaires à un point tel que le P. BOUYER dans « Le rite et l’homme » voit dans la prédominance totale de l’un des deux, une menace désintégration pour la religion. Si la parole s’obscurcit, le rite risque de se désagréger.

 

 

 

Rôle du Clergé.

 

Plusieurs historiens des religions ont noté cette loi intéressante : plus une religion se dégrade, au plan de la transcendance, plus mes rôles intermédiaires l’envahissent.

 

-         On peut distinguer en gros trois types de clergé :

-         Le Druide: il devient tel par l’acquisition de certaines connaissances (gnostique)

-         Le Chamane : fruit d’une vocation qui se manifeste par des signes psychiques et organiques qui sont parfois indépendants de la volonté du sujet.

-         Le Sorcier : tantôt guérisseur (médecin primitif), tantôt porteur de forces mystérieuses et souvent dangereuses. Le sorcier est souvent à l’antagonisme du prêtre religieux par sa conception magique (mettre le sacré à son service), tandis qu’au sein du courant religieux, il y a volonté de servir le sacré

 

Dans toute religion, une certaine tension existe entre sacerdoce institutionnel (type druide) et sacerdoce existentiel (type chamane ou prophète : le terme qui désigne le prophète dans le peuple d’Israël : NABI, signifie étymologiquement selon certains « celui qui fait des bulles », allusion transparente à des phénomènes physiologiques qui rapprochent le prophète primitif du «chamane ».

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article