Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

La nuit porte conseil

à condition que l'on trouve le sommeil.

Dame insomnie m'a mis le grappin dessus.

Jusqu'au matin, je suis de la revue.

La nuit est longue comme un jour sans pain,

dommage que je n'aime pas le vin.

Et pourtant, tout à l'heure

je dois me lever de bonne heure.

Au matin, je serai comme un zombie,

je serai en sorte que nul n'en voie mie;

pour l'heure, je regarde la lune,

elle est la seule pour qui je n'ai pas de rancune.

C'est sûr que mes mots dévident quelqu'amertume.

Ca y est ! Je pleure ! Comme de coutume,

inutile de dévoiler mes problèmes,

comme ceux des autres, ils sont les mêmes.

Pas la peine de pleurer sur mon sort,

alors que certains sont entre vie et mort.

Moi, j'écris mes gribouillis,

couchée sur le tapis.

D'ailleurs, je suis tellement fatiguée

que mon chagrin est passé,

je l'ai exorcisé

avec un bic et du papier

et le jour s'est mis à pointer.

Comme un vampire, il s'est barré.

Poésie, mon amie !

Pourquoi n'ai-je jamais écrit ?

Il fallait tout simplement

que j'imprime ces mauvais instants

pour faire renaître ma vie

qui, somme toute est si jolie.

Même si rien n'est changé

et que tout est à recommencer,

même si je suis crevée

je n'ai pas souffert, cette nuit.

J'avais la Poésie.

 

            écrit la nuit du 13 juillet 1996

Carmen Perez

 

 

 

 

yvanbalchoy13@gmail.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article