Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 


 

Par nécessité, je fréquente assidûment la gare centrale de Bruxelles. Il y a quelques années, l'ambiance y était sympa. Je prends pour exemple le couloir très sinistre qui relie la gare au métro. Des commerçants ambulants offraient des tissus ou des gadgets qui humanisaient ce passage sombre et triste.  Bien entendu, on y trouvait comme un peu partout à Bruxelles des mendiants, étrangers ou belges, victimes de ce capitalisme qui pourrit de plus en plus notre vie sociale mais, tant qu'ils restaient calmes, ce qui se passait la plupart du temps, on les laissait tranquilles.

 

Aujourd'hui tout est changé en cette gare sous l'influence de ce flamingantisme rampant qui tente à Bruxelles de rogner petit à petit l'équilibre qui s'était construit gare après gare entre les francophones, 80 % de la population de la ville et les néerlandophones très nombreux en tant que navetteurs.

 

Voici que brusquement, tous les tableaux afficheurs dans la salle des guichets ainsi que les annonces vocales ont donné la priorité dans tous les cas au néerlandais. Alors de façon très logique, les trains allant vers Anvers indiquaient d'abord ANTWERPEN puis ANVERS et ceux qui allaient vers MONS donnaient la priorité à la capitale du  Hainaut avant bien entendu de la traduire BERGEN.

 

Aujourd'hui que la destination soit le nord ou le sud du pays c'est toujours dans la langue de Vondel qu'elle est dite ou signalée sur les écrans lumineux ou hauts parleurs.

 

Je me suis renseigné. Le service médiation, sans, semble-t-il trop y croire, m'a dit que ça correspondait aux règles établies (jamais pratiquées avant, j'en suis sûr) ou que c'était une rançon de l'informatique (Quelle blague !) ou que ce serait changé d'année en année.... à voir !....

 

Bref, on pourrait croire que sous l'influence très flamande de la direction de la SNCB,   (ainsi notre gare d'Herseaux pourtant bien fréquentée va être fermée dans des conditions dont je ne suis pas sûr qu'elles seraient pratiquées identiquement en Flandre !) ; une tentative est faite pour traduire la majorité linguistique de la Flandre en majorité culturelle partout où c'est possible.  Voilà qui doit faire plaisir à des partis comme la N.V.A. ou le V.B. pour qui Bruxelles doit être reflet de son état de capitale de la Flandre, décidée, injustement et invalidement selon moi, par les seuls flamands sans aucune consultation des habitants de l'endroit. Bruxelles n'est pas la capitale de la Flandre, ni de la Wallonie d'ailleurs puisque pas un cm2 de la région ne fait partie et n'est dirigée par la Flandre, ou par la Wallonie même si, j'en conviens, Bruxelles peut être considérée comme la capitale des Flamands. 

Bruxelles est avant tout capitale de la Belgique de et des Belges... quelle que soit leur langue.

 

Autre désagrément de cette gare Centrale que je découvre depuis quelques mois. La police des chemins de fer ou des membres de sécurité habillés de rouge semblent avoir eu comme mission de chasser avec énergie non seulement les voleurs, les grands ivrognes ou les bagarreurs, comme ce serait normal mais les pauvres, les mendiants et cela même dans des parties de la gare qui sont publiques et donc accessibles à tous.

 

J'ai déjà raconté comment je me suis fait enguirlandé un jour parce que j'avais donné un euro à un roumain, vendeur habituel du journal des sans abri car à ce moment-là une policière renvoyait par le métro des roumains présents dans le métro adjacent à la gare.

 

L'autre jour, j'ai deux sécuritaires pousser en dehors de la gare une dame correctement vêtue, simplement pour lui interdire l'accès même à la salle des guichets. La manière dont ils ont reconduit cette dame s'il n'était pas brutale ne pas semblé très respectueux et je me demande si leur attitude était légale?

 

Il y a trois jours, de nouveau à la porte de la gare un homme très calme est retenu par quatre sécuritaires qui de plus appellent des policiers. 

 

Sans doute certaines de ces interventions sont-elles justifiées par une attitude incorrecte d'une personne, mais de se trouver près d'une fois sur trois en présence d'une reconduite forcée à la rue m'inquiète un peu. Je n'ai pas du tout envie de vivre dans une cité policière et surtout je me refuse à ce que la pauvreté et l'indigence, qui est une conséquence du capitalisme inhumain qui nous régit, devient un délit.

 

Oui la Police est utile, mais elle  je pense qu'elle est beaucoup moins active pour poursuivre les délits des cols blancs qui sont souvent beaucoup plus graves que l'attitude des roms, maltraités dans leur pays, qui ont pris simplement au sérieux le fait qu'ils vivent dans une Europe ouverte pour eux qui sont aussi européens que moi.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article