Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

 

 

En écoutant les interventions parlementaires sur la TROIS cet après-midi, j’avoue que j’ai trouvé que l’intervention du Premier Ministre de la France face aux vociférations malhonnêtes d'une droite immonde qui ose critiquer tout à la fois l’écotaxe  qu’elle a non seulement créée mais dont elle a confié la gestion à un organisme lucratif d’une façon scandaleuse et désastreuse pour la liberté financière du pays et le geste d'apaisement du Premier Ministre pour trouver une solution satisfaisante pour l'écologie et le bonne santé de l'économie française, en particulier dans la Bretagne meurtrie.

 

Des gens comme Monsieur Lemaire, l’autre jour, ce président d’un parti écologique vissé viscéralement à la droite sont les responsables d’une mesure qui aurait dû être adoptée avec plus de prudence et d’adaptabilité.

 

Je n’ai pas oublié le mépris du gouvernement Sarkozy devant certaines mesures qui spoliaient les petits pour agrandir la fortune des plus nantis. Un crime social.


Les socialistes aujourd’hui qui ont déjà réalisé de grandes réformes avec succès  méritent d’être félicités par le souci qu’ils gardent de dialoguer davantage avec le peuple français qu’avec les seuls patrons et financiers comme ce fut le cas lors de la législation passée.

 


On peut reprocher aux gouvernants actuels de ne pas tenir toutes leurs promesses, surtout celles qui correspondent à l’esprit de la Gauche et de sa justice sociale mais je ne critiquerai jamais l’effort courageux du premier ministre de retarder une décision manifestement non suffisamment préparée.

 

Quant aux médias  qui prennent de plus en plus parti pour l’opposition à se demander si ceux qui en sont les financiers ne jouent pas  un rôle dans leurs avis quotidien.

 

Je suis gêné pour ma part sur la manière dont, par exemple,  la Radio Europe 1 pratique l’équilibre entre opposition et Majorité. Certes on convoque bien tout à tour des membres appartenant à ces deux groupes mais les questions posées et les commentaires portés par les journalistes qui à partir de sondages qui ne sont jamais que des estimations  payées et fort influencés par la manière dont les questions sont posées me semblent souvent plus partisans qu'objectifs.

 Trouver après 18 mois non légitime un gouvernement nommé par une élection régulière pour cinq ans est plus qu’indélicat, c’est une faute grave contre la république.

 

C’est vrai que ce n’est pas à Monsieur Copé ni à ses copins parfois coquins, qui dans le passé sont  loin d’avoir été un exemple, que j’ai envie de confier l’avenir social de la France.

 

 

yvanbalchoy13@gmail.com  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article