Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Entre la vie d'un de ses salariés et la ponctualité d'un bateau que va choisir une entreprise maritime? Ce matin, dans le bateau où vous exercez quotidiennement votre métier de marin, le départ est imminent et brusquement une douleur intense tel un fer de lance vous iridie la poitrine. Une crise cardiaque sans aucun doute.

Persuadé qu'on allait dans les plus brefs délais lui apporter les secours les plus efficaces, mon ami se traîne chez son supérieur hiérarchique. Très ennuyé, ce dernier tente de dédramatiser la situation mais vite il comprend que c'est sérieux. L'ennui, c'est que le navire doit quitter le quai dans deux minutes à peine impossible sur un si petit laps de temps de faire venir les pompiers, il faut choisir la ponctualité ou l'aide urgente. Pour ce petit chef zélé, soucieux de son avancement, il importe par dessus tout que l'horaire soit respecté, tant pis pour cette crise cardiaque importune.

- "Il faut que tu rentres à la maison car nous devons appareiller de suite."
- "Mais je n'ai même pas ma voiture."
- "Dépêche-toi, nous ne pouvons plus attendre, je vais prévenir ton épouse."

En titubant, s'accrochant tant mal que bien aux cordages, la poitrine en feu, les jambes de coton, mon ami parvient en très mauvais état sur l'embarcadère chaque pas lui est un supplice. Il a l'impression qu'il va mourir ! heureusement deux passants appartenant au monde maritime le prennent en charge et le conduisent péniblement à l'endroit éloigné d'environ un kilomètre où la voiture de sa femme va le prendre en charge. À partir de ce moment là, son histoire cesse d 'être chaotique et scandaleuse et un hélicoptère du samu le conduit au CHU où en plein pontage coronarien son cœur s'est arrêté mais heureusement son chirurgien l'a sauvé de justesse.

Voilà pour les faits que je trouve révoltants de la part de cette société. Sans parler de la lâcheté coupable du petit chef, il n'en demeure pas moins que ce triste fait divers s'inscrit dans cette mentalité inhumaine du capitalisme qui, n'en déplaise à une député du parti "libéral " belge heureusement déboutée pas un juge courageux "nuit gravement à la santé " . La vie d'un homme vaut plus que le profit de n'importe quelle société et ... Pardonnez-moi , m . . . à ceux qui pensent le contraire!

Yvan Balchoy
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article