Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Ces jours-ci, nos medias avec raison rappellent cet horrible massacre de masse que fut la Shoah qui frappa les juifs d'abord mais aussi les tsiganes, les handicapés et parfois des adversaires politiques comme les communistes.

Je voudrais ajouter à ce rappel d'un passé devenu lointain, même s'il est nécessaire de ne jamais l'oublier, ce pouvoir sioniste qui actuellement occuppe illégalement une grande partie de la Palestine et qui, il y a quelques mois, a assassiné, par ses bombardement sauvages et illégaux  plus de cinq cent enfants à Gaza.

Que se serait-il passé si les 500 victimes avaient été Juives. Je n'ose le penser... !

 

 

 

 

Je reprends le début de mon message d'hier à partir du livre de Bonvoisin (?) "Chacun de nous peut-être un bourreau ou son complice". J'ai envie d'ajouter qu'hélas la victime d'hier peut hélas devenir le bourreau d'aujour'hui y compris bien sûr, moi-même. Je partirai du drame israélo-Palestinien qui n'est pas le seul exemple de cette dérive.

 D'abord je crois très fermement à la Shoah, la forme la plus structurée de génocide imaginée par des hommes pervers et pervertis agissant au nom d'un peuple qui les a hélas idolâtré et donc a participé à eurs crimes. Massacre du peuple Juif d'abord et principalement mais aussi dans une moindre mesure qui n'est pas une excuse, des tsiganes, des homosexuels, des communistes et même de vingt millions de soviétiques victimes eux-aussi de ce mal absolu que fut le nazisme. C'est vrai le devoir de mémoire est un devoir absolu plus nécessaire que jamais en ces temps où des partis reflirtent avec des idées qui rappellent furieusement le nazisme et les fascismes. Le peuple juif de Moise à Jésus puis Marx entre beaucoup d'autres pour avoir tant contribué à l'élévation morale de l'humanité, subi tant de souffrances et d'avanies tout au long des âges mérite un immense respect. J'ai rencontré ici comme en Amérique latine des fils d'Abraham continuant à jouer le rôle de "grands frères" qu'ils ont si souvent exercé parmi les peuples au sein desquels ils vivaient. Et il m'est arrivé maintes fois de les remercier de tous les enrichissement apportés par eux à l'humanité.

 Aujourd'hui, une nation se revendique tout particulièrement de l'héritage du peuple juif et de la Shoah, le peuple d'Israel. Alors, je l'avoue, une déception et bien plus encore me saisissent et me fachent. Retourner sur la terre de ses ancètres, terre reçue autrefois, croit-on de Dieu, quoi de plus légitime, encore faut-il le faire dans le respect des autres hommes, des autres cultures, du peuple qui y vit depuis des siècles . Or que vois-je sur cette terre trois fois sainte, berceau des trois religions monothéistes ? Au début, sous l'impulsion surtout d'émigrés ayant échappé aux massacres des nazis, une nation qui se construit en autres par un certain terrorisme et en chassant la plus grande partie des arabes établis en Palestine depuis des siècles. C'est vrai que l'ONU a consacré l'existence de cette nouvelle nation. Avait-elle le droit d'imposer une partition manifestement injuste des terres, même comme comme conséquence d'une persécution venue de tout ailleurs, sans avoir au préalable interrogé par référendum  toutes les populations présentes ? Je ne le crois pas. Nul doute que ce mauvais départ des relations judéo-palestiniennes n'explique les guerres successives et une situatioin aujourd'hui qui en fait un abcès de fixation des relations internationales de notre planète alors qu'il ne s'agit que d'un tout petit territoire et d'une population minuscule à l'échelle de notre humanité.

A propos des victimes d'hier en Allemagne, on rappelle souvent qu'on ne peut imputer aux jeunes d'aujourd'hui la culpabilité des les crimes commis par leurs ascendants et c'est très vrai pourvu qu'ils ne l'oublient pas.

Ne pourrait-on ajouter de la meme façon que les descendants des victimes d'hier ne peuvent eux non plus se permettre des comportements prenant pour prétextes les crimes subis par leurs parents, mis à part, je le repète le devoir de mémoire qui est sacré.

il y a peu, en Palestine le Hamas a gagné les élections de Palestine. Personne n'a sérieusement mis en question l'équité de  ce choix même si on peut le regretter. Immédiatement de la part des Etats unis s (allé inconditionnel et partisan d'Israel) mais aussi de la Communauté européenne sont venus des exigences impitoyables concernant la reconnaissance du peuple d'Israel et des traités antérieurs signées entre l'autorité palestinenne et le gouvernement de Tel Aviv. (dont on peut légitimement se demander s'il les respecte effectivement !) avec de lourdes pénélités en représaille.

En même temps que demande-t-on en parallèle à Israel. Concrètement rien du tout. Pourtant les raisons de pénalités internationales concernant cet état ne manquent pas. Mépris et rejet de décisions des Nations Unis depuis des décennies concernant le retrait des territoires occupés en 67, abus manifeste de moyen contre les populations palestinienne avec parfois l'utilisation de tanks ou d'avions contre des populations  armées seulement de pierres, l'application pratique de la peine de mort sans jugement contre des terroristes parfois putatifs à partir d'avions ou de tanks contre des leaders palestiniens alors que la peine de mort , mis à part le cas compréhensible d'Eichmann, n'est pas d'application en Israel. J'ajouterais pour ma ma part que la transformation des territoire palestiniens en une immense prison me paraît totalement innacceptable pour la communauté internationale.

Pourquoi ces deux poids deux mesure sinon parce que la Communauté européenne en dépit de ses affirmations fanfarronnades est alignée docilement sur la politique des USA qui continue à armer un peuple qui parfois tue ses voisins aussi facilement qu'un chasseur tue des lapins.

Vous pouvez à juste titre me rérorquer les crimes terroristes qui indiscutablement noircissent certains groupes palestiniens. Dès qu'on tue en connaissance de cause des enfants, des femmes et des civils innocents sans discernement ont commet un crime contre l'humanité et nul doute qu'on puisse en reprocher à certains Palestiniens qui font sauter des bombes ou eux-mêmes dans des cafés au coeur d'Israel. Ce sont des comportement inhumains et criminels qui d'ailleurs nuisent à la cause qu'ils défendent. Je me refuse au contraire à appeler "terrorisme" la lutte armée contre les forces d'occuppation et même des colons armées sur terre palestinienne car leur lutte est tout à fait semblable à celle que nos résistants ont faites dans les années 40 pour repousser les allemands dans leurs frontières. Sinon il nous faudra démanteler très vites la plupart des nos monuments aux victimes des guerres 14-18 ou 40-45.

 Pourquoi ne pas être aussi exigeants d'un côté que de l'autre. Je ne crois pas qu'Israel reconnaisse l'existence d'un état palestion souverain ; en en tout cas ses actes prouvent le contraire. L'utilisation de la violence armée souvent disproportionnée sur un territoire qui n'est pas le sien face à des résistants armées mériterait aussi des exigences internationales mises en pratiques.

Je préfererais de beaucoup une attitude à la Gandhi non violente et souvent plus efficace mais ce n'est pas à nous d'imposer ce comportement aux belligérants pas plus que nous ne coindamnons pas nos résistants qui ne l'ont pas adoptée face aux nazis.

Dans aucun cas, ni contre les Palestiniens, ni contre les Israéliens il n'est légitime d'affamer des populations civiles ni de les priver de médicaments. Les crimes commis par la communauté internationale en Irak entre les deux guerres d'invasion et leur inutilité auraient du interdire à jamais ce genre d'embargo pour moi criminel et innefficace.

Je réclamme au nom du bon sens aussi  un alignement des exigences concernant les deux communautés, reconnaissance réciproque et pratique des deux états avec cessation de l'occupation, réparation des déhats causés aux peuple par la guerre, réparation des dommages de guerre et indemnisation de tous ceux qui ont du s'expatrier par la force ou la ruse armée. Si des colonies juives veulent rester sur le territoire palestinien qu'elle négocient avec ce dernier un modis vivendi sur de nouvelle bases. Je n'aime pas les états qui sont purement ethniques ni d'un côté ni de l'autre.

Si au lieu de favoriser scandaleusement et injustement un des deux belligérants l'Europe et les USA généreusement les aidaient à vivre ensembe, à retrouver leurs terres, à les désarmer, (y compris vis à vis de l'arme atomique ce qui favoriserait les discussions avec l'Iran !) à les aider économiquement avec bien entendu des réponses adéquates des deux gouvernements hostiles on pourrait redonner à ces deux états ou communautés voisines le merveilleux nom de Terre Sainte qu'elles méritent.

A nous tous d'agir en ce sens en étant justes, généreux et  bien sûr responsables !

 YVAN BALCHOY

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article