Catégories

Publié par BALCHOY

 

Ce matin, en réfléchissant à la platitude de beaucoup de journalistes ne sachant comment prononcer le nom officieux ou officiel du califat Islamique Dash ou Daèch pour faire plaisir aux politiques qui pensent qu'une sémantique différente suffit à nous donner bonne conscience.

Oui je suis horrifié aussi par ces assassinats froids perpétrés au nom d'un Allah imaginaire  par des monstres qui assassinent leur faux dieu autant que les hommes qu'ils punissent parfois de leur générosité pour la cause arabe.

  Ce qui s'est passé à Gaza, l'assassinat froid et calculé de plus de 500 enfants par un pouvoir qui sous le nom d'Israël trahit le judaïsme, animé par ce fanatisme raciste et apartheids qu'est le sionisme.

Mais je ne puis dissocier cette horreur de celle que je ressens en ces temps devant ce faux patriote, ce vrai criminel qu'est Georges Bush dont le place est en prison, mais aussi d'Obama, de Hollande, et de tous ces suiveurs serviles des USA qui ne cessent d'assassiner, de bombarder les peuples qui n'acceptent pas de se courber sous la religion du coca-cola.

 

Oui le Calife Islamique est un barbare, Oui, Netanyahou est  pareillement un barbare et  celui qui fait exécuter  via des drones des ennemis réels ou imaginaires par des ronds de cuirs américains qui, bien planqués à Washington, avec de blanc-seing du président, assassinent de vrais ennemis, des patriotes, des innocents LACHEMENT à l'autre bout du monde, des SALAUDS.

 

Réfléchissant avec une amie au terme qui est vraiment  le contraire de la barbarie, elle m'a répondu avec justesse par le mot "HUMANITE".

 

Est-ce bien par humanité que nous bombardons non seulement le prétendu Etat islamique mais tant de pays arabes en y tuant tant d'innocents ?

 

 

Voici  partie d'un article que je trouve très pertinent

à propos des barbaries du moment.  Vous pourrez le lire complètement à l'adresse suivante :

 

 

http://www.mondialisation.ca/groupe-armee-ei-barbarie-disent-ils/5405654

 

 

 

DECAPITATIONS COLONIALISTES EN ALGERIE

 

 

 

Manipulation par les médias et politiciens occidentaux et destructions des États Par Fondation Frantz Fanon

 

Les décapitations filmées d’otages occidentaux en Irak et d’un randonneur français en Algérie suscitent légitimement un sentiment d’horreur et une condamnation unanime et sans appel. Ces assassinats insensés ne peuvent être le fait que de criminels pervers au service d’une idéologie déviante. Ces mises en scène macabres viennent à la suite d’images tout aussi insoutenables montrant des exécutions de masse d’hommes désarmés. L’émotion produite par ce théâtre de la cruauté est cependant froidement manipulée par des médias et des relais politiques en Occident. La qualification sans cesse reprise de « barbaries », perpétrées par des « barbares », répond à la volonté de déshumaniser les auteurs de ces atrocités. Hors du limès de la Civilisation, ils ne relèvent plus du droit commun et ne sont plus passibles des lois ordinaires...

Dans un amalgame éhonté mais clairement assumé, les musulmans d’ici et d’ailleurs, suspectés de connivence « culturelle » avec les assassins, sont sommés par des policiers de la pensée de se désolidariser publiquement de ces crimes. Il leur est enjoint d’approuver la nouvelle guerre moyen-orientale de l’Occident et les bombardements « vengeurs » décidés par la Civilisation. Ces arguments d’une propagande essentialiste visant à diaboliser des communautés toutes entières sont odieux et totalement ineptes. Cette propagande de stigmatisation et de culpabilisation est d’autant plus inacceptable que ces journalistes-procureurs seraient particulièrement bien placés, s’ils faisaient leur métier, pour évoquer, en spécialistes, la sauvagerie systématique et des exactions d’une ampleur sanguinaire inouïe de ceux dont les armes se tournent contre les populations arabo-musulmanes depuis des décennies.

 

 

humiliation-colonialistes-en-algerie.jpg

 

 

Ces journalistes, qui martèlent le mot de barbarie, qu’ont-ils écrit sur les centaines de milliers de morts civiles en Irak, sur le recours au phosphore blanc et aux munitions à l’uranium appauvri contre des populations civiles ? Qui parmi ces parangons de la Civilisation a évoqué le sort de ces dizaines d’enfants mal formés à Falloujah et ailleurs du fait de l’utilisation d’armes interdites ? A-t-on entendu des cris d’indignation de la part de cette presse au garde-à-vous, lorsque la très civilisée Madeleine Albright, ancienne secrétaire d’état américaine, justifiait la mort de cinq cent mille enfants irakiens ? Qui parmi ces médias évoque les dizaines de milliers de victimes innocentes des frappes de drones à travers le monde ? La mort, sous les missiles guidés et les bombes « intelligentes », de cinq cent enfants de Ghaza n’est -elle pas une « barbarie » ? ...

 

enfant martyr palestinien

 

Ces gesticulations autour d’une soi-disant barbarie musulmane ne parviennent pas à masquer la vérité sanglante d’un Occident colonialiste hier, impérialiste aujourd’hui, qui assume sans discontinuer depuis le dix-neuvième siècle ses guerres éminemment civilisées et très sanguinaires dans le monde arabo-musulman. Les criminels de l’Etat Islamique ont été à bonne école. Dans le dispositif éprouvé de préparation psychologique, la barbarie de l’autre est la justification ultime de la guerre. Or, les « guerres » éternelles contre le terrorisme, engagées depuis des dizaines d’années, loin d’avoir endigué le phénomène, l’ont généralisé et complexifié. Il ne fait guère de doute, à la lumière de l’expérience, que le refus d’approches politiques et la fascination pour la guerre manifestée par les dirigeants occidentaux, outre une dangereuse régression du droit international, ne produira qu’un surcroit de subversion. Les premiers et les pires barbares sont parmi nous.

 

Fondation Frantz Fanon 27 septembre 2014

 

 

      yvanbalchoy13@gmail.com

Commenter cet article