Catégories

Publié par BALCHOY

LA HULPE

LA HULPE

Grâce à une jeune merlette
 en votre jardin découverte
 très mal en point
et en grand besoin de soins
 d'abord par votre chat « vorace »
 retrouvant ses instincts de chasse
puis recueillie par votre fille,
si attachée à préserver toute vie
nous voici ce soir en route.
Tout anxieux à l'écoute
de cette petite boule de plumes
victime de je ne sais quelle infortune
qui en vos mains inquiètes
savoure vos caresses doucettes
 nous la confions au refuge hôpital
 pour toute gente animale.
Une fois notre oiseau recueilli
nous trouvant en votre pays,
nous nous retrouvons à Genval
votre ville natale
dont vous me faites admirer tout d'abord son lac
et ses verdoyants abords
qui en fait la renommée
dans toute la contrée.
Nous en avons fait le tour
admirant cet hôtel aux hautes tours
à l'élégance quelque peu mauresque
 qui aurait pu presque me faire croire un instant en Andalousie
 mis à part le ciel un peu gris
de ce verdoyant pays
 qui vous a donné le jour sur ce sol brabançon.
 Ici tout me rappelle avec amour
 l'intensité de votre regard profond
où joies et douleurs
 rires et pleurs
 cohabitent doucement comme bleu du ciel
 tornades de soleils
 et nuages d'orages
au bord de cette plage
en un soir de printemps.
Au bord du lac ovale
à la surface ce soir si étale
votre voix avec tendresse
égrène votre jeunesse
qui fleurit telle une jolie fresque
en ces lieux pittoresques
témoin d'un passé glorieux
dont brillent encore quelques feux
Ainsi ces villas cossues
ressuscitent un faste issu d'une société aujourd'hui disparue
où peintres et jolies dames
vivaient d'étranges flammes
 tandis que les rois du papier
quittant leur bureau de maître
venaient s'y reposer en mille soirées de fête.
Mais votre belle cité
ne se réduit pas à ce huppé quartier
 et vous m'avez conduit à petite allure
à quelques encablures
à cette longue rue
où vous avez grandi
petite fille joyeuse,
 adolescente plus mystérieuse
dans cette maison aujourd'hui enlaidie
qui fut hier votre délicieux petit nid.
 Longuement je fixai sur cette façade
devenue un peu fade
la fenêtre de votre ancienne chambre
 en espérant qu'elle vous ressemble
mais avec le temps passé,
 votre souvenir s'en était effacé.
Heureusement votre présence
si empreinte d'élégance
suppléa à mes appétences
 quand vous m'avez conté
 avec tant de jovialité
ce que furent vos journées
en cette cité pour moi, grâce à vous, enchantée.
 Je pus ainsi vous imaginer
petite fille rangée
prenant joyeusement son envol
pour aller à l'école,
admirant le panorama
qui vous fit rêver autrefois.
 En savourant un verre d'une bière
 bien amère
au traditionnel bar de la vieille gare
 aussi sympa que vétuste
où se termina notre excursus,
j'ai mieux compris le charme
de cette femme d'aujourd'hui
par ce cadre exquis
 qui aujourd'hui m'a aussi conquis.


 

Yvan Balchoy
yvanbalchoy13@gmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article