Catégories

Publié par BALCHOY

C'est la réponse qu'un policier de ma région m'a adressé autrefois alors que je protestais d'une façon énergique mais polie contre l'arrestation dans ma rue d'un père de famille, que sa femme venait de quitter, au motif d'ébriété bruyante en sa demeure.
Le problème c'est que cet ami, qui "célébrait" à sa manière son malheur était alors seul avec ses enfants qui risquaient dès lors de se retrouver à 10 et 8 ans seuls à la maison.

Certes le policier comprenait bien l'inconvénient grave de laisser ces enfants à l'abandon chez eux, il n'était pas opposé à ce qu'ils rejoignent la maison de leurs grands parents mais à condition que ce soit moi qui les y conduise.

Devant mes protestations croissantes, il menaça seulement de m'emmener avec mon ami dans une cellule de dégrisement en me disant "FORCE DOIT EN RESTER A LA LOI".

Je crois que c'est ce jour-là que mon divorce affectif avec les "poulets" a rejoint mon interdit alimentaire pour le poulet-gallinacé  qui, je crois remonte à mon père et à mon grand père.

Non, cette maxime, je  continue à la trouver stupide non que je considère les lois comme élément de la vie sociale négligeable mais tout simplement parce que, comme toute réalité humaine, la loi est une donnée relative qui doit toujours être estimée et surtout appliquée en tenant compte des circonstances qui l'entourent.

Si l'observance d'une loi crée un désordre plus grand que sa non observance, je crois qu'une autorité responsable doit en tenir compte et, en justifiant son choix bien sûr, renoncer à une application dommageable.  Bien entendu il devrait ultérieurement justifier sa décision auprès d'une autorité supérieure.

Hier "Au nom de la loi", En Russie, on a malmené des manifestants réclamant la liberté au pouvoir autoritaire de Poutine et notre presse a crié au déni de liberté.

Le même évènement s'est passé dans la "démocratie" (ou plutôt ploutocratie) suisse où la police a voulu empêcher des altermondialistes de protester contre le scandaleux spectacle théatral de Davos (je pense en autres à cette sorte de musée expérimental de la pauvreté ou des réfugiés , construite à grand  frais sous les salles de discussion) qui coûte des centaines de millions et sert à donner bonne conscience à des gens qui aujourd'hui, sans sincérité, brûlent ce qu'ils adoraient hier et qu'ils adoreront sans doute après-demain car ils restent adeptes de la scandaleuse religion du "profit" qui explique tous les malheurs de notre humanité.
Pour notre presse, à Genève, on a simplement interdit une manifestation non autorisée et permise à Davos, tandis qu'à Moscou  l'action de la police fut liberticide. Je reste sceptique.

Dernier fait divers révélateur, ce médecin, physiquement très tiers-monde qui s'est vu interdit par un ou plusieurs policiers  de prodiguer des soins vitaux à un malade au commissariat,  pour des raisons obscures qui ne semblent pas totalement étrangères à la couleur de sa peau et  qui s'est fait d'ailleurs tutoyer.

Je ne pense pas que la Ministre de l'Intérieur, qui maintient en prison "au nom du terrorisme" sans preuve un altermondialisme acusé, crime suprême dans une société de profit, d'avoir retardé un train de luxe alors que l'Etat, par son refus de financer la SNCF, condamne des millions de pauvres gens à vivre quotidiennement des retards qui ne gènent évidemment pas Sarkosy ni ses ministres qui circulent en limousines luxueuses escortées par la police qui a du temps et de l'argent pour cela.

Non, je crois que force ne doit pas toujours en rester à la loi et qu'il est dangereux de penser qu'un policier par principe dit toujours la vérité, les exceptions sont trop nombreuses.

Je rêve d'une police, faisant certes son boulot, arrêtant les malfaiteurs et les voleurs mais respectueuse toujours des droits de l'homme et de la vérité. Ce jour-là j'en suis persuadé la police comme les pompiers sera aimée par le peuple.
Ce n'est guère imaginable  hélas sous la férule du roi Sarko.

 

 

 

Yvan Balchoy

 yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article