Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

LETTRE RECUE  AUJOURD'HUI SUR MON EMAIL DE LA MAISON BLANCHE

THE WHITE HOUSE

Good evening,
I just addressed the nation about what the United States will do with our friends and allies to degrade and destroy the terrorist group known as ISIL.
Let’s be clear: While this group may call itself the "Islamic State," it is not "Islamic." No religion condones the killing of innocents, and the vast majority of ISIL's victims have been Muslim. Nor is it a "state." It is not recognized by any government, nor by the people it subjugates.
This is nothing but a terrorist organization with no vision or goal other than to slaughter all who stand in its way. While we have not yet detected specific plotting against our homeland, these terrorists have threatened America and our allies. And the United States will meet this threat with strength and resolve.
Already, our military has conducted more than 150 successful airstrikes over the past month against ISIL targets in Iraq -- strikes that have protected American personnel and facilities, killed hundreds of ISIL fighters, and helped save the lives of thousands of innocent men, women, and children.
Going forward, our objective is clear: We will degrade, and ultimately destroy, ISIL through a comprehensive and sustained counterterrorism strategy.
Here is what that strategy looks like.
First, we will conduct a systematic campaign of airstrikes against these terrorists. Working alongside the Iraqi government, we'll expand our efforts beyond protecting our own people to hit ISIL targets as Iraqi forces go on offense. And we will continue to hunt down terrorists who threaten our country, whether in Iraq or Syria. They will learn what leaders of other terrorist organizations have already learned: If you threaten America, you will find no safe haven.
Second, we will increase our support to the forces fighting these terrorists on the ground. We will send an additional 475 service members to Iraq to support Iraqi and Kurdish security forces. These American forces will not have a combat mission. But they are needed to support Iraqi and Kurdish forces with training, intelligence, and equipment -- and tonight, I again called on Congress to give our military the additional authorities and resources it needs to train and equip the Syrian opposition fighters.
Third, working with our partners, we will continue to draw on our substantial counterterrorism capabilities to prevent ISIL attacks. Working with our partners, we will redouble our efforts to cut off its funding, counter its warped ideology, improve our intelligence, strengthen our defenses, and stem the flow of foreign fighters into and out of the Middle East.
And fourth, we will continue to provide humanitarian assistance to the innocent civilians displaced by this terrorism organization. This includes Sunni and Shia Muslims who have borne the brunt of this terror, as well as tens of thousands of Christians and other religious minorities.
I have the authority to address the threat from ISIL. But I believe we are strongest as a nation when the President and Congress work together. So I welcome congressional action to support this effort in order to show the world that Americans are united in confronting this danger.
This mission will not be like the wars in Iraq and Afghanistan. It will not involve American combat troops fighting on foreign soil. This effort will be a steady and relentless approach to take out terrorists who threaten us, while supporting our partners on the front lines.
This is American leadership at its best: We stand with people who fight for their own freedom. And we rally other nations on behalf of our common security and common humanity.
When American forces helped prevent the massacre of civilians trapped on Mt. Sinjar, here is what one of them said:
"We owe our American friends our lives. Our children will always remember that there was someone who felt our struggle and made a long journey to protect innocent people.”
That is what the United States of America does. That is the difference we make in the world. And moving forward, our own safety and security depends upon our willingness to do what it takes to defend this nation, and uphold the values that we stand for.
Thank you,
President Barack Obama



Voici le traduction automatique du message d’Obama sans correction

LA MAISON BLANCHE
BonsoirJ'ai juste adressé à la nation sur ce qui les États-Unis à faire avec nos amis et alliés pour dégrader et détruire le groupe terroriste connu comme ISIL.
Soyons clairs : alors que ce groupe peut s'appeler le « État islamique », il n'est pas « Islamique ». Aucune religion ne tolère le meurtre d'innocents, et la grande majorité des victimes de l'ISIL ont été musulmane. Il n'est pas un « Etat ». Il n'est pas reconnu par aucun gouvernement, ni par le peuple, il subjugue.
C'est rien d'autre qu'une organisation terroriste sans vision ni objectif autre que de massacrer tous ceux qui se dressent sur son chemin. Alors que nous n'avons pas encore détecté spécifique de comploter contre notre patrie, ces terroristes ont menacé l'Amérique et nos alliés. Et aux États-Unis va faire face à cette menace avec force et résoudre.
Déjà, nos militaires ont tenu plus de 150 attaques réussies aériennes le mois dernier contre des cibles en Irak ISIL--grèves qui ont protégé les installations et le personnel américain, tué des centaines de combattants de l'ISIL et a contribué à sauvent la vie de milliers d'innocents, hommes, femmes et enfants.
Aller plus loin, notre objectif est clair : nous dégrader et finalement détruire, ISIL grâce à une stratégie globale et soutenue contre le terrorisme.
Voici à quoi ressemble cette stratégie.
Tout d'abord, nous mènerons une campagne systématique de frappes aériennes contre ces terroristes. Travaillant aux côtés du gouvernement irakien, nous allons élargir nos efforts au-delà de la protection de nos concitoyens de frapper les cibles ISIL forces iraquiennes passez à l'offensive. Et nous allons continuer à traquer les terroristes qui menacent notre pays, que ce soit en Irak ou la Syrie. Ils apprendront ce que les dirigeants d'autres organisations terroristes ont déjà appris : Si vous menacez d'Amérique, vous n'y trouverez aucun un refuge.
En second lieu, nous augmenterons notre soutien aux forces de lutte contre ces terroristes sur le sol. , Nous enverrons un supplémentaire de 475 militaires en Irak pour aider les forces de sécurité irakiens et Kurdes. Ces forces américaines n'auront pas une mission de combat. Mais ils sont nécessaires pour soutenir les forces irakiens et Kurdes avec formation, renseignement et matériel--et ce soir, j'ai à nouveau appelé le Congrès à donner à nos militaires les autorisations additionnelles et les ressources nécessaires pour former et équiper les combattants de l'opposition syrienne.
En troisième lieu, en collaboration avec nos partenaires, nous allons continuer à tirer sur nos capacités de lutte contre le terrorisme substantielle pour prévenir les attaques ISIL. En collaboration avec nos partenaires, nous redoublerons d'efforts pour couper son financement, contrer son idéologie gondolé, améliorer notre intelligence, renforcer nos défenses et endiguer le flot de combattants étrangers en provenance du Moyen-Orient et.
Et Quatrièmement, nous continuerons à fournir une aide humanitaire aux civils innocents déplacés par cette organisation terrorisme. Cela comprend des musulmans sunnites et chiites qui ont porté le poids de cette terreur, ainsi que des dizaines de milliers de chrétiens et autres minorités religieuses.
J'ai le pouvoir de lutter contre la menace de l'ISIL. Mais je crois que nous sommes plus forts en tant que nation, lorsque le Président et le Congrès travaillent ensemble. Je salue donc l'action du Congrès pour soutenir cet effort afin de montrer au monde que les Américains sont Unis pour faire face à ce danger.
Cette mission ne sera pas comme les guerres en Irak et en Afghanistan. Il n'impliquera pas les troupes de combat américaines combattant sur un sol étranger. Cet effort sera une approche constante et implacable de prendre les terroristes qui nous menacent, tout en soutenant nos partenaires sur les lignes de front.
Il s'agit d'un leadership américain à son meilleur : nous sommes avec des gens qui luttent pour leur liberté. Et nous rallier les autres nations au nom de notre sécurité commune et de l'humanité commune.
Lorsque les forces américaines a contribué à empêcher le massacre de civils pris au piège sur le Mont Sinjar, voici ce que l'un d'eux dit :
"Nous devons à nos amis américains nos vies. Nos enfants seront toujours se souvenir qu'il y avait quelqu'un qui se sentait notre lutte et fait un long voyage pour protéger des personnes innocentes. »
C'est ce que les États-Unis d'Amérique. Voilà la différence que nous faisons dans le monde. Et aller de l'avant, notre propre sécurité et la sécurité dépend de notre volonté de faire ce qu'il faut pour défendre cette nation et faire respecter les valeurs que nous défendons.
Merci
Le Président Barack Obama




ARTICLE DE PAUL CRAIG  ROBERTS SUR LA FOLIE DE WASHINGTON (et de ses satellites … !) reçu grâce à l’ami XARLO


http://arretsurinfo.ch/avertissement-au-monde-washington-et-ses-vassaux-de-lotan-et-de-lue-sont-devenus-fous/

 

 

Herbert E. Meyer, un dingue qui fut pendant un temps assistant spécial du directeur de la CIA sous l’administration Reagan, a écrit un article appelant à l’assassinat du président russe Vladimir Poutine. Si nous pouvions « le faire partir du Kremlin les deux pieds devant avec un trou derrière la tête, ce serait bien pour nous.«
Comme l’illustre très bien ce fou de Meyer, la folie que Washington a déversé sur le monde ne connaît plus de retenue. Jose Manuel Barroso, une marionnette de Washington installée comme président de la Commission, a déformé les propos issus de sa récente conversation téléphonique confidentielle avec le président Poutine en déclarant aux médias que Poutine avait fait des menaces : « Si je veux, je peux prendre Kiev dans deux semaines. »
De toute évidence, Poutine n’a pas émis de menace. Une menace serait incompatible avec l’approche diplomatique de Poutine face à la menace stratégique que Washington et ses marionnettes de l’OTAN font peser sur la Russie en Ukraine. Représentant permanent de la Russie auprès de l’UE, Vladimir Chizhov, a déclaré que si Barroso maintenait son mensonge, la Russie rendrait public l’enregistrement complet de leur conversation.
Quiconque est familier avec la disparité entre les armées russes et ukrainiennes sait très bien qu’il faudrait à l’armée russe seulement 14 heures et non 14 jours, pour prendre la totalité de l’Ukraine. Rappelez-vous ce qui s’est passé avec l’armée géorgienne, entraînée et équipée par les Etats-Unis et Israël, lorsque Washington a mis ses stupides marionnettes géorgiennes en Ossétie du Sud. L’armée géorgienne, soutenue par les Etats-Unis et Israël s’est effondrée devant la contre-attaque russe en 5 heures.
Le mensonge que la marionnette de Washington, Barroso, a fait n’est pas digne d’une personne sérieuse. Mais où y a-t-il en Europe, une personne sérieuse au pouvoir ? Nul part. Les quelques personnes sérieuses sont loin du pouvoir. Considérons le Secrétaire général de l’OTAN, Anders Rasmussen. Il a été premier ministre du Danemark et a vu qu’il pouvait s’élever au-delà du Danemark sur la scène internationale en servant de marionnette pour Washington. En tant que premier ministre, il a fortement soutenu l’invasion illégale de l’Irak par Washington, en déclarant que « nous savons que Saddam Hussein possède des armes de destruction massive. » Bien sûr, ce fou n’était nullement au courant de telle chose, et d’ailleurs pourquoi cela poserait problème si l’Irak possédait de telles armes. Beaucoup de pays possèdent des armes de destruction massive.
Selon la règle selon laquelle toute personne qui sert de Washington est valorisée, le numéro Rasmussen a été promu.
Le problème avec l’élévation des imbéciles sans scrupules, c’est qu’ils sacrifient le sort du monde pour leur carrière. Rasmussen a mis à présent l’ensemble de l’Europe orientale et occidentale au bord de l’anéantissement. Rasmussen a annoncé la création d’une force qui constituerait un fer de lance capable de mener une guerre éclair (Blitzkrieg) contre la Russie. Ce que la marionnette de Washington appelle «le plan de préparation de l’action» est justifiée comme une réponse à « un comportement agressif de la Russie en Ukraine. »
« Le fer de lance de la force » de Rasmussen serait anéanti avec chaque capitale européenne. Quel genre d’idiot provoquerait une superpuissance nucléaire de cette façon ?
Rasmussen dénonce le « comportement agressif de la Russie« , mais n’a aucune preuve de ce qu’il avance. La Russie s’est tenue sur la touche alors que gouvernement fantoche de Washington à Kiev a bombardé et attaqué des logements civils, des hôpitaux, des écoles et émis un flux constant de mensonges contre la Russie. La Russie a rejeté les demandes des provinces nouvellement indépendantes de l’est et du sud de l’Ukraine, les anciens territoires russes, d’être réunies avec la Russie. Comme les lecteurs le savent, je considère la décision de Poutine comme une erreur, mais les événements pourraient me prouver le contraire et je serai prêt à l’accepter. Pour l’instant, le fait est que tout acte de comportement agressif est le résultat de l’appui des États-Unis, de l’UE et des nazis à Kiev. Ce sont les milices nazis ukrainiennes qui attaquent des civils dans les anciens territoires russes de l’est et du sud de l’Ukraine. Un certain nombre d’unités militaires ukrainiennes ont régulièrement fait défection dans les républiques indépendantes.
Oui, les nazis. L’Ouest de l’Ukraine fut la maison mère de la division SS ukrainienne qui combattit pour Hitler. Aujourd’hui, les milices organisées par le Secteur Droit et d’autres organisations politiques de droite portent l’insigne nazi des divisions SS ukrainiennes. Ce sont les gens que Washington et l’UE soutiennent. Si les nazis ukrainiens pouvaient gagner contre la Russie, ce qu’ils ne peuvent pas, ils se tourneraient vers l’Occident, tout comme l’a fait l’armée islamiste de l’EIIL (Etat Islamique d’Irak, de Syrie et du Levant) financée par Washington qui a déclenché la guerre en Libye et en Syrie. Maintenant l’EIIL est en train de participer au remodelage du Moyen-Orient, et Washington semble impuissante.
William Binney, un ancien haut fonctionnaire de la National Security Agency (NSA) des États-Unis, et ses collègues de la CIA et des services de renseignement militaire ont écrit à la chancelière allemande Angela Merkel en lui conseillant de se méfier des mensonges d’Obama au prochain sommet de l’OTAN au Pays de Galles. Les responsables du renseignement états-unien conseillent à Merkel de se remémorer de l’histoire « des armes de destruction massive » de l’Irak et de ne pas être à nouveau trompée, cette fois-ci dans le cadre du conflit avec la Russie.
La question est : qui Merkel représente-t-elle ? Washington ou l’Allemagne ? Jusqu’à présent, Merkel a représenté Washington plutôt que les intérêts économiques allemands, et non le peuple allemand pas plus que les intérêts de l’Allemagne en tant que pays. Voici l’exemple d’une manifestation à Dresde où une foule s’oppose au discours de Mme Merkel aux cris de « kriegstreiber » (fauteur de guerre), « menteur, menteur, » et « pas de guerre avec la Russie. » (voir la vidéo plus bas).
Lors de mon doctorat, mon président de thèse, qui est devenu un haut fonctionnaire du Pentagone assigné à la tâche de mettre un terme à la guerre du Vietnam, en réponse à ma question sur la façon dont Washington a toujours réussi à imposer aux Européens ce que Washington voulait m’a répondu : « l’argent, nous leur donnons de l’argent » « L’aide étrangère » ai-je demandé ? « Non, nous donnons aux dirigeants politiques européens des valises pleines d’argent (« bag fulls of money ») ». Ils sont à vendre, nous les avons achetés. Et ils viennent rapporter« . Peut-être que cela explique les 50 millions de dollars amassés par Tony Blair en une année.
Les médias occidentaux, le plus grand bordel au monde, attend désespérément la guerre. Le comité de rédaction du Washington Post, devenu à présent un journal-trophée aux mains du propriétaire milliardaire d’Amazon.com, a publié un éditorial le 31 août qui reprend tous les mensonges émanant de Washington (et du Post) au sujet de Poutine.
Le propriétaire d’Amazon.com sait sans doute comment commercialiser les produits sur Internet, mais en ce qui concerne la direction d’un journal, sa gestion est désespérante. Les rédacteurs en chef duWashington Post ont fait de son trophée la risée du monde entier.
Voici les accusations stupides que les éditeurs du milliardaire ont formulé contre Poutine dans son journal :
Poutine, a vécu douloureusement l’effondrement de l’URSS, c’est pour cela qu’il a « ressuscité la tyrannie du Grand mensonge » afin de reconstituer l’empire russe.
« Les milices sponsorisées par les russes en Ukraine » sont responsables du « tir qui a abattu l’avion de ligne de la Malaisie en juillet. » Les « médias contrôlés par l’Etat russe » ont menti et désinformé le peuple russe au sujet des responsables qui sont à l’origine du crash de l’avion de ligne.
« M. Poutine le Grand Menteur montre pourquoi il est important de soutenir une presse libre là où elle existe et des médias comme Radio Free Europe qui apportent la vérité aux gens qui en ont besoin ».
En tant qu’ancien rédacteur en chef du Wall Street Journal, je peux dire en toute confiance que cette propagande extraordinaire dans le cadre d’un éditorial aurait entraîné le licenciement immédiat de toutes les parties concernées. A mon époque, le Washington Post était considéré comme un agent de la CIA parmi les membres du Congrès. Aujourd’hui, le Post a sombré bien en dessous de cette réputation.
J’ai assisté à des flots de propagande émanant des médias durant ma vie, mais cet éditorial du Washington Post a décroché le pompon. L’éditorial montre combien les journalistes, les éditorialistes sont complètement ignorants à moins qu’ils soient complètement corrompus ; cela suppose aussi que leurs lecteurs sont complètement ignorants. Si les unités militaires russes étaient en action dans l’est de l’Ukraine, la situation serait exactement comme décrit par Alexander Zakharchenko et Dmitry Orlov : l’Ukraine n’existerait plus. L’Ukraine serait de nouveau une partie de la Russie comme elle le fut pendant des siècles avant que Washington profite de l’effondrement soviétique pour écarter l’Ukraine loin de la Russie.
La question qui se pose est : combien de temps la Russie va avoir la patience de supporter les énormes mensonges et provocations de l’Occident ? Peu importe la façon dont la Russie se retient d’intervenir, la Russie est accusée du pire. Par conséquent, la Russie peut ainsi infliger le pire.
L’OTAN ne pourrait rien faire, si la Russie décidait que l’Ukraine entre les mains de Washington, était une trop grande menace stratégique, et décidait de réintégrer l’Ukraine au sein de la Russie dont elle a fait partie pendant des siècles. Toute force de l’OTAN envoyée sur le terrain entraînerait une guerre que l’OTAN ne pourrait gagner. La population allemande, se rappelant des conséquences de la guerre avec la Russie, renverserait le gouvernement fantoche de Washington. L’OTAN et l’Union européenne s’effondreraient tandis que l’Allemagne quitterait la construction absurde servant les intérêts de Washington au détriment de l’Europe.
Une fois que cela se produira, le monde aura la paix. Mais pas avant.
Pour ceux qui se soucient de comprendre comment cette terre de propagande fonctionne, le gouvernement fantoche de Washington à Kiev attribue la défaite de ses forces militaires dans la République Donetsk à la présence au sein de l’armée de Donetsk d’unités militaires russes. C’est la propagande qui est diffusée à l’ouest de l’Ukraine et dans les médias occidentaux pressetitués (« presstitute »), une collection de putes qui font écho à la propagande sans aucune investigation. Cependant, Kiev a une histoire différente pour le FMI. Kiev ne peut pas recevoir de l’argent du FMI pour payer ses créanciers occidentaux si l’Ukraine est en guerre. Par conséquent, l’Ukraine déclare exactement le contraire au FMI : la Russie n’a pas attaqué l’Ukraine.
(Lire : http://vineyardsaker.blogspot.com/2014/08/ukie-doubleplusgooddoublethink.html)
Les médias occidentaux restent indifférent à tous les faits. Ce qui les intéresse ce sont juste les mensonges. Seulement les mensonges.
Le Washington Post, le New York Times, CNN, Fox « news », Die Welt, la presse française, la presse britannique, tous plaident : « s’il vous plaît Washington donnez-nous des mensonges plus sensationnels que nous puissions les répandre. Notre santé financière en a besoin. Pourquoi se soucier de la guerre et du genre humain si nous pouvons regagner la stabilité financière. »
Selon Justin Raimondo, Washington plante les graines de Troisième Guerre mondiale :
http://original.antiwar.com/justin/2014/09/02/our-cold-war-with-russia-could-turn-hot/
Par Paul Craig Roberts - 2 Septembre 2014 (Traduction de SLT)
Le Docteur Paul Craig Roberts fut Secrétaire Adjoint au Trésor pour la politique économique et rédacteur en chef adjoint du Wall Street Journal. Il était chroniqueur pour Business Week, Scripps Howard Nouvelles Service et Creators Syndicate. Il a eu de nombreux postes universitaires. Ses chroniques sur internet ont eu un succès dans le monde entier. Les derniers livres de Roberts sontThe Failure of Laissez Faire Capitalism and Economic Dissolution of the West and How America Was Lost.
Source : http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2014/09/avertissement-au-monde-washington-et-ses-vassaux-de-l-otan-et-de-l-ue-sont-devenus-fous-paul-craig-roberts.html





yvanbalchoy13@gmail.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article