Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

 A les regarder aujourd'hui se réjouir de leur bilan quinquennal et du mot gentil que leur a laissé Sarkozy en souvenir du passé, je me  demande si ces ministres battus avaient vraiment pris conscience de l'échec que signifiait pour eux le vote du peuple français.

 

Ils sont fiers d'avoir réaliser un certain nombre de leurs engagements, ce qui est vrai. Mais l'important n'est pas, je crois, en soi la réalisation d'un projet mais la qualité de ce projet... et beaucoup des leurs étaient exécrables pour les petites gens. 

 

Bien sûr, il fallait par exemple opérer une réforme des retraites que les gouvernements de gauche auraient pu et du réaliser quand ils étaient au pouvoir mais la réforme de Sarkosy, non vraiment financée d'ailleurs, est  très injuste en particulier pour les femmes, les travailleurs ayant commencé à travailler très jeunes et pour tous ceux qui, sans être pour autant handicapés, ont statistiquement une durée de vie très inférieure à celle des cadres et des professions libérales.

 

Rendre les grèves inopérantes, comme s'est vanté Sarkosy, c'est encourager les Patrons du privé comme du public à ne plus jamais  céder devant ces malandrins qui n'acceptent pas un salaire inférieur parfois plus de cinquante fois à celui de leur patron ou des cadences de plus en plus infernales.

 

En les voyant afficher fièrement devant les journalistes ce petit morceau de carton sur lequel leur idole avait écrit un mot d'encouragement, le même pour tous pour éviter toute jalousie, j'ai pensée à la médaille que je recevais à l'école primaire quand j'avais été sage !

 

 

Quand je vois l'admiration éperdue et aveugle de Madame d'Ornano, je ne puis m'empêcher de penser à son attitude si peu républicaine vis à vis d'une petite vendeuse dans un grand magasin et la punition qu'elle voulut infliger à un photographe n'ayant pas assez sublimé son beau profil.

 

C'est bien qu'elle emporte le plus loin possible de l'Elysée le cadre de son cher Président qui j'espère n'y retournera plus jamais.

 

En écoutant  par ailleurs Monsieur Leroy, ce félon d'un idéal auquel je crois toujours, j'ai honte.. 

 

La devise de la France est LIBERTE-EGALITE-FRATERNITE. 

 

La Présidence de Monsieur Sarkoszy s'est contentée de glorifier et d'agrandir la liberté des plus riches, des plus puissants au détriment de l'égalité et de la fraternité des petites gens, simples variables d'ajustement pour cette droite justement mise au rancard par le peuple.

 

Une page triste vient d'être tournée, un nouvelle page va s'ouvrir avec un nouveau Président dont j'espère qu'il oeuvrera, comme son programme à l'accroissement de la LIBERTE-EGALITE-FRATERNIE pour tous les Français.

 

Cela devrait être tel, le vrai socialisme que je souhaite, sans trop grande illusion, pour la France et par contagion sympathique pour les peuples d'une autre Europe que celle de Barroso & Cie au service du Capitalisme inhumain.

 

J'espère que les salaires indécents de beaucoup de fonctionnaires européens seront rabotés car je n'oublie pas que pour "ces gens là" les ouvriers sont trop bien payés, les droits des travailleurs doivent êtres revus à la baisse à l'exception bien entendu de leur scandaleux privilèges de potiches censées incarner l'Europe, pas la mienne en tout cas.

 

 

Courage et persévérance, Monsieur Hollande, tenez bon. Il m'étonnerait un peu que vous alliez assez loin dans l'élaboration de ce socialisme auquel je rêve, mais vous ferez sans doute bien mieux que Sarko et l'UMP.

 

  Peut-être que dans cinq ans le peuple de France, vous donnera un satisfecit au regard de vos promesses réalisées et dans l'espoir d'une deuxième quinquennat encore plus juste  ?

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article