Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Une telle contradiction conduit évidemment le "moi" à l'autodestruction; le choix, essentiel à notre nature, est une donnée indispensable à l'analyse de tout acte volontaire sans en être pour autant l'essentiel.

Au regard de cette volonté souveraine, où situer la liberté ? faut-il, à l'instar de Berdiäev, distinguer deux degrés dans l'acquisition de la liberté ? Un première étape, sorte d'accueil préférentiel correspond bien à ce que nous appelons la libre volonté. A cela succède une liberté dont l'acceuil préférentiel rejaillit en quelque sorte sur son propre être, en ce sens qu'elle conduit à la pleine réalisation de soi-même.

En cette seconde étape, la volonté se distingue plus nettement de la liberté. Au niveau anthropologique on pourrait faire de la liberté une propriété du "moi réfléchi". Cela suffit à le départager de la volonté qui pourtant en est un instrument essentiel.

Toute volonté n'assure cependant pas cette liberté plénière ; bien au contraire, souvent il est question chez notre auteur, d'une volonté "despotique" comme celle du pauvre Kirilov, "obligé" de la proclamer et de l'exalter jusqu'à sa propre destruction. (1)

----------------------------------------------------
(1) Cf cette étude, page
-------------------------------------------------------

La liberté semble appartenir à la "NATOURA" intégrale, mais elle doit se transcrire au plan de la conscience. Elle ne s'acquiert en plénitude qu'au terme d'un dur effort de maîtrise de soi et d'éducation de la volonté. Nous touchons ici au paradoxe de la liberté.

Le "moi" personnel, siège de cette liberté, n'a d'autre instrument pour forger sa volonté que le libre acquiescement de celle-ci ; sans quoi, perdant son indépendance, le volonté se volatiserait aussitôt.  Ainsi "l'Adolescent" affirme :

     -"J'ai besoin de ma volonté vicieuse tout entière uniquement pour me prouver à moi-même que j'ai la force d'y renoncer."

-----------------------------------------------------------
(2) "L'Adolescent", page 97
------------------------------------------------------------

L'aspect préférentiel (volonté qui opte) est nécessaire, car il permet à la personne de se livrer à une sorte d'inventaire de soi-même en fonction de l'acte projeté avant de s'engager. Toute démarche de ce genre suppose en effet le sacrifice de certains éléments appartenant au moi'

(à suivre)

Yvan Balchoy
yvanbalchoy13@gmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article